25 septembre 2015
La SAQ poursuivie pour une bouteille éclatée
Par: Denis Bélanger
Red wine being poured into wine glass

Red wine being poured into wine glass

La SAQ de Beloeil s’est fait récemment poursuivre pour avoir vendu une bouteille de vin dont le goulot a éclaté.

Selon une décision rendue par la division des petites créances   de la Cour du Québec, un client de la succursale a intenté une poursuite de 2000$ auprès de la SAQ, de Univins (agent commercial) ainsi que du fabricant du vin Robertson Winery. Selon le plaignant, l’incident se serait produit 21 février 2013 au moment d’ouvrir la bouteille avec un tire-bouchon. Il a subi quelques coupures et estimait que ses blessures l’incommodaient dans la vie courante. Il estime qu’on lui a vendu un produit défectueux.

À la suite de l’événement, la SAQ avait proposé une expertise de la bouteille par un laboratoire indépendant de l’Ontario, ce que le client a refusé.

Selon le directeur de la succursale de la SAQ,  bien que des bouteilles se fracassent à l’occasion, le bris «dénote une mauvaise utilisation du tire-bouchon», une opinion corroborée devant la cour par un sommelier de 35 ans d’expérience.

Le tribunal a finalement rejeté la requête puisque le plaignant «était incapable de prouver qu’il y [avait] un défaut de fabrication de la bouteille».

image