28 août 2020
La rentrée aussi pour les parents�
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Je mets ce matin le double chapeau de papa et de travailleur pour la rentrée des classes. Je sais que les profs auront une rentrée chaotique, mais c’est à votre tour. Moi, j’ai la santé mentale à bout de souffle. Et je suppose que bien des parents de la région aussi

Publicité
Activer le son

Contrairement à bien des endroits au Québec, les parents de la grande région de Montréal ont dû apprendre à combiner parentalité et télétravail. Travailler et élever ses enfants en même temps, c’est impossible. En fait, ça se fait, je l’ai fait. Vous l’avez fait aussi. Mais ça se fait tout croche. C’est comme un futon; c’est un lit et un divan à la fois, mais ça fait souvent de mauvais lits et de mauvais divans…
Je serais intéressé de consulter les résultats des études qui découleront sûrement des derniers mois. Oui, plusieurs employés auront sûrement découvert les nombreux avantages du travail à distance, allant de l’organisation de l’horaire à la réduction du stress en passant par la diminution des coûts du transport. J’en suis. Mais des parents auront aussi surtout découvert la signification du terme « charge mentale ».
Mon expérience personnelle n’est peut-être pas si personnelle; je suis sûr qu’elle reflète celle de bien des parents. À force de travailler dans le petit bureau de ma maison, le mur entre le travail et la vie de famille s’est effrité. Préparer le repas entre deux entrevues rend la vie de famille plus difficile et le travail plus stressant.
Perso, je me suis senti bien isolé du monde « adulte » pendant le télétravail et j’ai passé peut-être un peu trop de temps sur les médias sociaux pour « compenser », disons. Et par l’habitude du métier, en me tenant informé, j’avais seulement le portrait sombre de la situation. Et un peu trop d’infos sur les complotistes…
J’aime bien l’expression hyperconnectivité. À un moment donné, tu ne sais plus si tu regardes ton téléphone pour le travail, pour l’organisation familiale ou pour le loisir. Il a fallu pendant mes vacances que je me coupe d’internet pendant au moins cinq jours pour découvrir le bonheur du silence et de la paix mentale.
Mais bon, tout va pour le mieux maintenant puisque la rentrée des classes est à nos portes! Une rentrée qui se veut stressante, toutefois. Juste au secondaire, les élèves devront porter le couvre-visage, rester toujours dans la même classe, ne pas avoir tout à fait les cours qu’ils veulent, ne pas toujours pouvoir manger à la cafétéria, avoir un plexiglas entre eux et l’enseignant, etc.
Je dis ça et je feel quand même un peu cheap. La rentrée sera stressante pour les enfants, dont les miens. Mais je me dis que je pourrais être bien mieux présent pour eux si je peux séparer le temps de travail de celui de la famille. On se déculpabilise comme on peut!
Bonne rentrée à tous et bonne chance avec toute cette pandémie.

image