10 juin 2020
Mont-Saint-Hilaire
La montagne ouvre graduellement ses sentiers
Par: Denis Bélanger

La Réserve naturelle Gault sera accessible pour les détenteurs de cartes annuelles. Photothèque | L’Œil Régional ©

Fermés depuis le 19 mars dernier en raison de la pandémie de la COVID-19, les sentiers de la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill à Mont-Saint-Hilaire sont de nouveau accessibles au public depuis le 8 juin.

Publicité
Activer le son

Il s’agit toutefois d’une ouverture progressive et partielle alors que seuls les détenteurs de cartes annuelles pourront circuler dans les sentiers. Comme le pavillon d’accueil restera fermé dans cette première phase de réouverture, de nouvelles cartes ne pourront pas être achetées pour l’instant. Le renouvellement de carte sera toutefois possible et l’abonnement des membres sera prolongé de 85 jours.

Ajoutons que le gite ainsi que les toilettes seront également fermés et l’accès matinal sera suspendu. « Toutes ces mesures seront réévaluées chaque semaine pour assurer la sécurité de tous », a ajouté David Maneli, directeur associé à la Réserve naturelle Gault.

Le souhait de la Ville exaucé

L’ouverture a été annoncée un peu plus de 24 heures après l’adoption d’une résolution par les élus de Mont-Saint-Hilaire pour mettre de la pression sur l’Université McGill afin qu’elle ouvre les sentiers de la montagne. La Municipalité avait depuis plusieurs semaines déjà redonné accès aux sentiers du piémont.

L’inaccessibilité du sentier et un manque de ressources de contrôle ont entraîné des désagréments pour les citoyens demeurant dans les environs. En effet, plusieurs gens venaient de l’extérieur pour utiliser sans autorisation les sentiers et empiétaient sur les propriétés privées. Certains Hilairemontais se sont même fait insulter par des fautifs.

Le Centre de la Nature, qui gère l’accueil et l’accès aux sentiers, assure depuis le 1er juin la présence de personnel, incluant des agents de sécurité supplémentaires, pendant toute la durée de la fermeture.

De son côté, le maire Yves Corriveau est bien heureux de la décision de l’Université McGill. Il avait de la difficulté à concevoir que la montagne demeurait fermée alors que tous les parcs nationaux étaient accessibles. « Ça devenait insoutenable, surtout pour les citoyens qui voyaient des visiteurs passer à travers leur terrain pour aller à la montagne. En plus, ces gens congestionnaient les rues en se stationnant en bordure. »

Le conseiller du district concerné, Louis Toner, lève aussi son chapeau à l’Université, mais émet quelques réserves. « Je ne crois pas que le fait de l’ouvrir seulement aux membres va régler à court terme le problème d’empiètement sur les propriétés. »

Le conseiller Émile Grenon Gilbert a été plus critique, estimant que la gestion de la Réserve souffre de la lourdeur administrative de l’Université McGill. « La situation ne règlera rien, ils sont déconnectés de la réalité. »

image