7 août 2015
La LCF à Ottawa
Par: Denis Bélanger
La LCF à Ottawa

La LCF à Ottawa

Il est maintenant temps de vous parler de mon expérience au stade du Rouge et Noir d’Ottawa dans la Ligue canadienne de football. C’était la première fois que j’assistais à du football canadien à l’extérieur de Montréal. J’ai eu évidemment la chance de voir un match des Alouettes au Stade olympique et à McGill.

Je n’ai pas été choyé par la météo. Il pleuvait et on ne vendait plus de ponchos de pluie dans le stade. Heureusement, mon garçon avait le sien, moi j’ai eu la brillante idée d’amener mon poncho mexicain aux couleurs des Patriots de la Nouvelle-Angleterre et ma conjointe a pu finalement en dénicher un gratuitement.

Mais la température n’a pas miné le moral des 20 000 spectateurs qui étaient sur place. L’ambiance était fantastique. Ma conjointe a bien apprécié l’expérience en dépit de la pluie. Mais ma douce moitié amène un mauvais sort. Depuis que nous voyageons ensemble, seulement une seule fois, en 2009, que l’équipe locale a gagné!

Le stade est bien situé, surtout si on compare au domicile des Sénateurs d’Ottawa qui se retrouve en banlieue au beau milieu de nulle part. Le problème pour le stade de football est que le parking dans les environs est rare et il est conseillé d’aller se stationner ailleurs et prendre l’autobus. Les endroits sont toutefois bien identifiés. Ça m’a paru rapide le voyage en bus. Quand j’allais aux Alouettes. J’avais l’impression que c’était interminable.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas visité un aussi nouveau gros stade. Peut-être que l’année prochaine ce sera les Argonauts à Toronto ou les Tiger Cats à Hamilton. Ce sera le cas, si mon projet d’aller voir les Orioles de Baltimore et les Nationals de Washington tombe à l’eau.

En parlant de découverte, je vais en ajouter une autre bientôt à mon palmarès. J’irais voir en famille en octobre le Phoenix à Sherbrooke (LHJMQ). Ce sera mon 4e amphithéâtre de la Ligue de hockey junior majeur du Québec que je ferais. Les autres sont Drummondville, Chicoutimi et Québec.

 

Pauvre Patrice

Patrice Bernier est un ambassadeur hors pair. J’ai eu l’occasion de l’interviewer à plusieurs reprises et c’est dommage ce qu’il a à subir chez l’Impact. Je ne serais pas surpris d’apprendre un jour que Klopas le gardait seulement sous les ordres du propriétaire Joey Saputo. Patrice est une figure de proue importante pour l’Impact. C’est le gars local après tout. Espérons que la situation se terminera bien pour lui.

image