20 novembre 2015
La demande pour les paniers de Noël plus forte que l’an dernier
Par: L'Oeil Régional
Les bénévoles de la guignolée sillonneront les rues jusqu'à la mi-décembre.

Les bénévoles de la guignolée sillonneront les rues jusqu'à la mi-décembre.

Avant même le début de la période d’inscription pour les paniers de Noël, les organisateurs de la guignolée dans la région s’attendent déjà à pourvoir à des demandes plus nombreuses que l’an dernier.

Les demandes à la banque alimentaire Fin à la Faim des Chevaliers de Colomb de Belœil dépassent déjà de 20% le bilan de l’an dernier. Entre mars et octobre, le comité Fin à la Faim des Chevaliers de Colomb a répondu à 933 demandes d’aide alimentaires. Il s’agit de 133 demandes de plus que l’an dernier. L’organisme avait aussi constaté une hausse des demandes alimentaires d’un tel ordre l’an dernier.

Déjà, l’organisme s’attend à ce que cette hausse des demandes se fasse ressentir.  L’an dernier, l’organisme avait distribué 138 paniers de denrées durant la période des Fêtes. «Cette année, nous ne nous attendons pas à en faire en bas de 200. La demande dans la région est très [grande]», explique Gaspar Chiazzese, responsable de la guignolée pour les Chevaliers de Belœil.

Au Comité Guignolée Saint-Marc-sur-Richelieu, Karina Bigonesse confirme qu’elle a déjà reçu presque autant de demandes pour les paniers de Noël que l’an dernier. Elle croit en distribuer également un peu plus, soit 16 ou 17. «Généralement, les gens n’aiment pas appeler. Ils essaient toutes les autres manières pour ne pas appeler.  Ils appellent à la dernière minute.»

Même son de cloche du côté de la banque alimentaire du Centre d’action bénévole de la Vallée-du-Richelieu, où la demande de dépannages alimentaires est aussi plus grande cette année qu’à pareille date l’an dernier. La coordonnatrice Caroline Charbonneau croit qu’elle distribuera cette année plus que les 235 paniers confectionnés l’an dernier.

Profil diversifié

À Saint-Bruno-de-Montarville, le Centre d’action bénévole Les P’tits Bonheurs prévoit distribuer une soixantaine de paniers cette année. La directrice générale, Hélène Guévremont, constate que le profil des bénéficiaires de Noël est diversifié, allant des travailleurs autonomes aux bas salariés et même aux personnes âgées.    

«Depuis quelques années, nous avons de plus en plus de personnes âgées qui font des demandes pour des paniers de Noël», constate aussi Luc Charbonneau, responsable de la guignolée à Sainte-Madeleine. Il estime qu’environ sept ou huit personnes âgées profitent de la cinquantaine de paniers que l’organisme confectionne chaque année. «C’est déplorable. Ils ont de la misère à arriver.»

À Saint-Marc-sur-Richelieu, Karina Bigonesse soutient que toutes les personnes qui lui ont transmis des demandes d’aide sont salariées. Elle souligne que les personnes qui l’appellent ont souvent peur de demander de l’aide, mais elle assure que les demandes sont traitées en toute confidentialité. «Il n’a jamais un appel qui n’est pas suivi de larmes. Ces gens-là ne sont pas bien. Ce n’est pas facile pour eux de prendre le téléphone. Ce ne sont pas toujours les mêmes paniers que nous distribuons.»

Témoignage

Résidents de Saint-Marc-sur-Richelieu depuis plusieurs années, deux parents, des travailleurs qualifiés, disent avoir dû marcher sur leur orgueil pour «prendre la décision la plus difficile de leur vie» en demandant de l’aide au comité de la guignolée, l’an dernier. L’auteur de la missive a préféré demeurer dans l’anonymat, par honte d’avoir eu recours à l’aide alimentaire et par peur du jugement des gens.

«La guignolée nous a permis de mettre un baume pour un certain temps sur notre situation, qui sera temporaire, nous l’espérons. Ça nous a permis de souffler un peu en ayant la possibilité d’offrir à nos enfants de la nourriture à leur faim.» En plus de regarnir le garde-manger, la générosité de leurs concitoyens aura finalement permis à la famille de passer du temps ensemble de qualité et d’offrir des cadeaux aux enfants.

 

Pour connaître l’horaire de la guignolée dans votre secteur, cliquez ici.

image