9 décembre 2020
Otterburn Park
La Coopérative santé fermera ses portes à la fin de l’année
Par: Denis Bélanger

La Coopérative de solidarité santé de la Rive. Photothèque | L’Œil Régional ©

Les administrateurs de la Coopérative de solidarité santé de la Rive à Otterburn Park ont décidé de mettre la clé sous la porte un peu plus de trois ans après sa mise en service. L’opération était tout simplement déficitaire.

Publicité
Activer le son

La Coopérative, qui offre essentiellement des services infirmiers en complément à la Clinique médicale de la Rive située à côté, fermera définitivement ses portes à la fin décembre. La décision a été prise par les membres lors d’une assemblée générale extraordinaire.

Président du conseil d’administration de la Coopérative depuis cet été, Claude Lebrun admet que la décision a été déchirante. « Nous marchions à perte. Nous commencions aussi à avoir de la difficulté à renouveler nos membres au courant de l’année. C’est malheureux que ce soit le destin de la coopérative. »

La pandémie a aussi eu des effets considérables sur la coopérative. « En raison de la COVID-19, les gens pouvaient aussi maintenant prendre rendez-vous pour les vaccins et prise de sang au CLSC au lieu de se présenter le matin même et attendre. En plus, à notre coopérative, nous pouvions prendre moins de patients à l’heure en raison des normes sanitaires », rajoute M. Lebrun. Rappelons que ce dernier est le responsable des Chevaliers de Colomb de Belœil, dont l’organisme avait donné un coup de pouce financier au projet.

Après tant d’effort
L’idée de la création de la Coopérative remonte jusqu’en 2014 où les deux médecins fondateurs du Groupe de médecine familiale la Rive ont approché des citoyens pour leur signifier qu’ils ne voulaient plus administrer la clinique. Ils avaient dû faire face au départ de trois médecins. L’une des personnes sollicitées était l’ancien maire d’Otterburn Park, Gérard Boutin, qui avait accepté de porter le projet.
Dans le processus de mise sur pied de la coopérative, un sondage réalisé auprès des citoyens avait permis de constater que les services infirmiers étaient ce qui était le plus recherché.

La Coopérative a commencé ses activés en septembre 2017 et avait établi qu’un nombre de 1200 membres était nécessaire pour obtenir une autonomie financière. Notons que les services de la Coopérative avaient été suspendus de décembre 2017 à mai 2018 à la suite du départ d’une infirmière.

L’Œil Régional a tenté de contacter M. Boutin pour obtenir ses réactions à la fin de ce projet, mais ce dernier n’avait pas rappelé le journaliste au moment de mettre sous presse.

 

image