1 mars 2018
KIA STINGER 2018
Kia Stinger 2018, nouvelle tendance coréenne
Par: Marc Bouchard

Photos Kia Canada

La Kia Stinger est spectaculaire, rien de moins. Spectaculaire au niveau de la silhouette – elle s’est attiré les éloges des visiteurs de tous les salons où on l’a aperçue -, mais aussi spectaculaire au niveau de la conduite. Car, rappelons-le, malgré la qualité des véhicules actuels de Kia, il faut bien avouer qu’il leur manquait une petite personnalité sportive. Une affirmation désormais dépassée.

C’est en 2012, en marge du Salon de l’auto de Francfort, que le designer à l’époque et aujourd’hui président de Kia, Peter Schreyer, avait dévoilé une berline sportive à l’allure moderne, tout en affirmant qu’elle serait bientôt sur les routes en version de production.

Malgré toute l’admiration de la petite foule réunie au siège social allemand de la compagnie, et dont je faisais partie, bien peu d’entre nous aurions parié pour une véritable commercialisation. La voiture avait une silhouette allongée mais profilée, des dimensions imposantes et une allure résolument affirmée.

Avance rapide jusqu’en 2017 alors que Kia, prenant le monde de l’automobile par surprise, a dévoilé sa voiture sport destinée à concurrencer les berlines allemandes… et dont la silhouette ressemble à s’y méprendre au prototype dévoilé en 2012! Bref, le designer a tenu parole, et la Kia Stinger est née.

Une étonnante rivale

Même si Kia ne s’est pas taillé une réputation de constructeur de voiture sport, il ne faut certainement pas prendre la Stinger de haut. Bien au contraire. Plus de 10 000 heures ont été passées à son volant sur le circuit du Nurburgring par les ingénieurs afin de peaufiner sa tenue de route et son comportement. L’idée, et Kia ne s’en est jamais caché, c’est de rivaliser directement avec les BMW, Audi et Mercedes-Benz de ce monde, à la fois sur le plan du confort et sur celui de la performance.

Tout cela, évidemment, en s’assurant que du point de vue prix, Kia demeure le plus compétitif. D’entrée de jeu, il faut préciser que, question coût, Kia est largement en avance. La Kia Stinger GT de base offre un prix de départ de 45 000 $, alors que la version Limited, regorgeant d’accessoires, débute plutôt à 51 000 $, ce qui, dans les faits, la situe quelque 25 000 $ en dessous des rivales de puissance similaire.

Évidemment, la Kia Stinger n’offre pas tout à fait la même qualité de matériau que les compétiteurs allemands. Malgré tout, sa qualité de finition entre aisément dans la catégorie supérieure, et le design du tableau de bord, notamment, est savamment étudié pour rendre facile l’usage de toutes les commandes.

À l’instar des autres, Kia a apposé un écran au haut de la console centrale, ce qui le rend peut-être facile à consulter, mais qui donne parfois l’impression que l’on avait oublié de l’installer au montage. Une tendance que l’on retrouve chez plusieurs constructeurs, mais qui ne me fait plaisir ni chez l’un ni chez l’autre.

Autre bémol, malgré la facilité de trouver une position de conduite, il faut préciser que les sièges de la Kia ne sont pas exactement un modèle de confort pour de longues randonnées. Un aller vers Québec a rendu mon popotin heureux de débarquer dès l’arrivée.

Conduite irréprochable

Sous le capot, le moteur V6 3,3 litres de la Kia est nerveux, souple et répond avec une aisance remarquable. Jumelée à une boîte automatique 8 vitesses avec commande manuelle au volant et à un rouage intégral efficace, sans négliger un châssis d’une grande rigidité, la Kia Stinger est surprenante de stabilité et de dynamisme, peu importe les conditions.

Il est vrai que les différents modes de conduite (allant de Eco à Sport) permettent de varier les réactions des diverses composantes, mais même dans son mode le plus doux, la Kia Stinger ne fait pas de compromis sur le plaisir de conduite. Et même dans son mode le plus extrême, elle ne handicape pas le confort des occupants.

Confort qui, d’ailleurs, n’a pas été démenti par Fiston, pourtant assis derrière et qui n’a jamais eu à se plaindre de manquer d’espace pour les jambes et la tête.

En résumé

La Kia Stinger a été en nomination pour plusieurs titres de voiture de l’année partout au monde. Une reconnaissance fortement méritée, en tenant compte de ses capacités et de ses qualités de routière autant que de sportive.

Il ne subsiste cependant qu’une seule question : seriez-vous prêt à dépenser un peu plus de 50 000 $ dans une voiture portant le badge Kia? L’avenir de la Stinger y répondra, mais chose certaine, elle vaut bien son prix d’achat.

image