4 octobre 2019
Jouer au pickleball en fauteuil
Par: Denis Bélanger

Les joueurs se rassemblent à l’école La Pommeraie pour y jouer.

Les participants au pickleball peuvent jouer en simple ou en double.

Le journaliste Denis Bélanger essayant le pickleball en fauteuil roulant.

Depuis quelques années, l’Association des personnes handicapées de la Vallée-du-Richelieu (APHVR) permet aux gens se délaçant en fauteuil de jouer au pickleball, un sport de raquette.

Au départ, l’APHVR offrait du volleyball en fauteuil roulant. Mais ce sport nécessitait huit joueurs, et le nombre de participants a diminué. « Des fois, on était cinq et jouer deux contre trois n’était pas le fun et c’était dangereux, explique le responsable de l’activité Luc Labonté. Au moins, le pickleball peut se jouer en double et en simple. Si on est trois, on joue en simple avec un réserviste. »

Le pickleball est aussi un sport moins exigeant pour le corps, selon Alain Patenaude qui avait arrêté de jouer au volleyball en fauteuil en raison d’un mal à l’épaule. « Quand ils ont commencé le pickleball, on m’a dit de venir. J’adore jouer ce sport. »

C’est Luc Labonté qui a introduit le pickleball pour remplacer le volleyball. « Je l’avais essayé il y a quelques années. Au départ, je ne pensais pas que ce serait un sport le fun, mais finalement, c’est bien amusant. Si un jour nous avons de nouveau plusieurs joueurs, on pourrait également jouer au pickleball et au volleyball, qui est aussi un sport le fun. »

Plus difficile en fauteuil
Un des joueurs réguliers de pickleball, Yves Jacques, n’a pas de mobilité réduite et a pu également jouer debout. Il estime que c’est plus difficile à jouer en fauteuil que debout. « Quand tu veux reculer, debout, tu n’as qu’à faire deux ou trois pas. Même chose pour se déplacer de côté. Ce n’est pas aussi facile quand tu es en fauteuil. Mais les deux se ressemblent énormément, on va faire les mêmes erreurs. »

M. Jacques côtoie les participants des activités de l’APHVR depuis une quinzaine d’années. Il a été approché pour aider à installer les filets de volleyball. « Tant qu’à être ici, j’ai demandé qu’on me passe un fauteuil et j’ai essayé ces sports. »

Pas évident en effet
L’auteur de ces lignes a essayé également ce sport aux fins du reportage. N’étant pas un grand adepte des sports de raquette, il a d’abord tenté l’expérience debout pour bien se familiariser avec les règles. Une fois installé dans le fauteuil, il a vite compris que c’était un autre défi. Debout, il faut se soucier que d’une main, celle qui tient la raquette. Mais assis, l’autre main doit faire rouler le fauteuil. n

image