19 février 2016
Jean-Marie Lapointe : un sportif aussi au grand et au petit écran
Par: L'Oeil Régional
Jean-Marie Lapointe.

Jean-Marie Lapointe.

J’ai eu l’occasion d’interviewer récemment le comédien Jean-Marie Lapointe, qui donnera une conférence au Salon Week-end Santé de Mont-Saint-Hilaire en mars. Un choix logique pour cet événement, étant donné que Jean-Marie Lapointe est un grand sportif dans la vie. Il a eu aussi l’occasion de jouer des sportifs dans plusieurs productions. Pour cette chronique, nous revisitons cinq rôles qu’il a campés.

 Bob Whyte

 Jean-Marie Lapointe a eu l’occasion de jouer dans la télésérie  Lance et Compte . Il est apparu dans la troisième saison diffusée en 1989 en tant que Bob Whyte, un défenseur américain du National. Il ne parlait qu’en anglais et était un bon ami à Mac Templeton. Curieusement, le personnage est apparu dans les téléfilms en 1990-1991 et il parlait très bien en français. Réjean Tremblay devait avoir ume grande confiance en sa capacité d’adaptation. Jean-Marie se souvient très bien de ce rôle dans cette série culte. «C’était quelque chose d’être au Colisée qui était rempli à craquer.» Il y a des rumeurs qui courent à l’effet que Jean-Marie Lapointe incarnerait un nouveau personnage dans la centième mouture de  Lance et compte , soit un entraîneur des défenseurs appelé Robert Leblanc! Je sais, je ne suis pas drôle, ma collègue me l’a dit.

 Louis «le Lion» Séguin

 Jean-Marie Lapointe a aussi interprété un boxeur dans la série  Le 7e Round  (2006) qui traite de l’univers du noble art. Dans le premier épisode, son personnage Louis Séguin effectue un retour dans le ring après deux ans d’emprisonnement, contre Karl Tozi (Sébastien Delorme) le personnage central de la production. Séguin périt au premier épisode, mais apparaîtra par la suite dans des  flash-backs.  «C’est aussi une belle série et une belle expérience pour moi.»

 

Frank

Jean-Marie Lapointe incarne un rôle plus léger dans Un homme idéal (1996). Dans ce film, Marie-Lise Pilote incarne Lucie, une femme de 35 ans qui veut un enfant et se lance à la recherche du parfait géniteur. Frank est un jeune beau gosse, en superbe forme qui est notamment un adepte de l’escalade. Il fait la connaissance de Lucie de façon assez originale. Il se fait mal aux bijoux de famille en faisant du patin à roues alignées. La production donne même lieu à une scène sexuelle assez drôle entre les deux personnages, qui prend des allures de marathon olympique. «C’était un bon film. On ne se prenait pas au sérieux tout en prenant notre rôle au sérieux.»

 

Dief Bégin

Ici, on change complètement de registre dans une série plus lourde, Bouscotte. Dans la saison inaugurale, en 1996-1997, Jean-Marie Lapointe se met dans la peau de Dief Bégin. Ce dernier, encore en  bonne forme physique, travaille dans un gym, selon les souvenirs de Jean-Marie. Dief est un personnage méchant qui a des problèmes. Il va même kidnapper sa fille, Brunante. Dief Bégin connaîtra une fin tragique, tout comme sa fille, dans la rivière. Les deux se trouvaient sur une galerie branlante qui s’est effondrée. «C’était une belle expérience de travailler dans une série lourde à Radio-Canada et qui a été écrite par Victor Lévy-Beaulieu.»

Johnny Bowsky

Jean-Marie Lapointe a aussi joué un boxeur dans le film Le vent du Wyoming  (1994). Le film nous présente, Léa, 18 ans, abandonnée par son amant boxeur Réo. Elle finira par s’enfuir au Wyoming avec un écrivain dont elle tombe amoureuse.

image