22 août 2018
Jagmeet Singh visite la région
Par: Karine Guillet
Le chef du NPD, Jagmeet Singh, en compagnie du député fédéral Matthew Dubé et de l'artiste André Michel, à la Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire. Photo : Robert Gosselin

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, en compagnie du député fédéral Matthew Dubé et de l'artiste André Michel, à la Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire. Photo : Robert Gosselin

Le chef du Nouveau Parti Démocratique (NPD), Jagmeet Singh, a fait un arrêt dans la région, jeudi, en compagnie du député de Belœil-Chambly Matthew Dubé, à l’occasion de sa tournée d’une semaine au Québec.

Le chef néodémocrate visitait la semaine dernière cinq circonscriptions néodémocrates québécoises avant de terminer la semaine à Montréal. D’entrée de jeu, M. Singh avait annoncé sa volonté de discuter d’environnement et de lutte aux changements climatiques.   La tournée se voulait aussi une dénonciation du rachat de l’oléoduc Trans Mountain par le gouvernement libéral.

Dans chacune des circonscriptions, M. Singh devait visiter une entreprise phare dans le domaine des énergies propres. Dans la région, M. Singh a d’abord visité le mont Saint-Hilaire avant de faire un arrêt à la Maison Amérindienne de Mont-Saint-Hilaire. Il devait faire un arrêt dans les locaux de l’organisme Intégration Compétences, à Chambly, avant de se rediriger vers Brasseurs du Moulin, en soirée, pour aller à la rencontre des citoyens.

Rencontré alors qu’il amorçait sa tournée à la Réserve naturelle Gault, le chef néodémocrate en a profité pour réitérer l’importance pour ses troupes de défendre l’environnement, saluant au passage le travail de la Réserve naturelle Gault.

« Nous voulons investir dans l’énergie propre, dans l’énergie renouvelable. Pour nous, la conservation et l’environnement, c’est plus important que de construire un oléoduc. Je trouve qu’il y a une sensibilité au Québec, on est très ouvert à défendre l’environnement. »

Questionné sur l’exploitation du gaz de schiste, alors que la région a été précurseur dans la lutte contre la fracturation hydraulique, M. Singh a réitéré que son parti souhaite miser sur des énergies renouvelables.   « C’est clair que l’avenir est un avenir d’énergie propre, d’énergie renouvelable.  Le gouvernement fédéral veut continuer de subventionner le secteur du pétrole.  Il y a deux problèmes avec ce secteur, d’abord pour une question environnementale et ensuite pour une question économique. On sait qu’il y aura une diminution de profit dans ce secteur.  Il faut investir dans un avenir qui aura du succès. »

Le leader néodémocrate a d’ailleurs déploré que la préservation de l’environnement soit souvent opposée au développement de l’économie.   « On croit que c’est possible de faire les deux et qu’il faut faire les deux. »  C’est d’ailleurs dans cet esprit que M. Singh dit avoir visité des entreprises qui mettent la main à la pâte pour réduire les gaz à effet de serre, soulignant qu’il est nécessaire d’encourager le développement de ces entreprises.

Recherche
M. Singh a également pris position en faveur d’un plus grand investissement des fonds publics dans la recherche, alors que ce type de financement assure une certaine indépendance dans les recherches et permet au gouvernement d’avoir accès aux résultats de ces travaux.
Il a d’ailleurs rappelé que la recherche, comme celles menées à la Réserve pour mieux mesurer l’impact des changements climatiques, joue un rôle primordial dans la lutte aux changements climatiques. Sans données scientifiques, il est impossible de prendre des décisions, dit-il.

image