25 août 2017
Inauguration du tunnel en hommage à Pierre Wilson
Par: Denis Bélanger
Le maire Gilles Plante devant l’entrée du tunnel Pierre-Wilson, en compagnie des proches du défunt, ses enfants Simon et Sophie, sa femme Guylaine Beauchesne et sa sœur Diane Provencher. Photo: Denis Bélanger

La municipalité de McMasterville a pu enfin rendre un hommage bien spécial le 17 août à l’ancien conseiller municipal Pierre Wilson en donnant son nom au tunnel de la gare.

M. Wilson, qui a supervisé les travaux de la gare, est décédé à l’âge de 58 ans au printemps 2014 des suites d’un cancer. Élu la première fois en 1989, le conseiller du district 1 de la Rive aura été conseiller municipal pendant presque 25 ans. Il avait décidé de se lancer en politique municipale après avoir été sollicité par le policier Fred Lacasse, reconnu, semble-t-il, pour ramener à la maison les enfants qui traînaient tard dans la rue. M. Wilson fréquentait souvent la gare, c’était comme son repère.

«C’était une volonté du conseil d’honorer la mémoire de Pierre Wilson. Ç’a toutefois été une démarche longue. Convaincre des gens et la Commission de toponymie, ce n’est pas toujours facile», a rapporté la directrice générale de McMasterville, Lyne Savaria.

La plaque commémorative du tunnel Pierre-Wilson a été dévoilée en présence de sa veuve Guylaine Beauchesne et de ses enfants Simon et Sophie. «Pierre Wilson ne faisait pas le travail pour les honneurs. Il était à l’écoute de ses concitoyens, a souligné Simon. Lorsque Pierre allait voir un citoyen, il l’approchait toujours de la même manière. ‶J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous. On commence par laquelle?″»

«J’aime m’imaginer un jour qu’un petit enfant se demandera qui était Pierre Wilson et que des grands-parents lui raconteront qui il était», a ajouté Sophie.

Un confident
La cérémonie a également été émotive pour le maire de McMasterville, Gilles Plante, incapable de terminer son discours d’ouverture. M. Plante travaillait dans le même atelier de la CIL que M. Wilson. Les deux amis ont fait le saut en politique en même temps. Gilles Plante avait d’ailleurs eu une discussion avec le policier Lacasse avant de solliciter M. Wilson.

L’amitié entre les deux hommes était grande au point où Pierre Wilson allait faire ses appels à côté de M. Plante, dans son bureau. «Une semaine avant qu’il décède, il m’a demandé s’il pouvait me suggérer un nom pour occuper le poste de conseiller du district 1. Je lui ai dit que j’avais aussi un nom en tête et suggéré que nous l’écrivions chacun notre choix sur un bout de papier. Dans les deux cas, c’était le nom de l’actuel conseiller [Martin Dulac]», a raconté le maire.

image