31 juillet 2015
Impossible de réparer les dégâts durant le congé de la construction
Par: Karine Guillet
Les vitres du CPE Roule ta pomme, à Saint-Jean-Baptiste ont été fracessées par des vandales.

Les vitres du CPE Roule ta pomme, à Saint-Jean-Baptiste ont été fracessées par des vandales.

Impossible de réparer les dégâts durant le congé de la construction

Impossible de réparer les dégâts durant le congé de la construction

FAIT DIVERS. Des vandales ont causé de nombreux dégâts aux locaux du CPE Roule ta pomme, à Saint-Jean-Baptiste, dimanche dernier. Les vitres du CPE devront rester placardées jusqu’à lundi, car le centre peine à trouver un vitrier pendant les vacances de la construction.

Selon la directrice générale du CPE, Anita Borchert, les malfrats auraient brisé huit vitres de tout un côté de l’établissement de la rue Robert avec de grosses roches provenant du terrain de BMX, qu’ils auraient d’abord passé par-dessus la clôture du CPE.  Les roches ont traversé les deux fenêtres et le moustiquaire pour atterrir sur le plancher des deux locaux situés dans cette partie du bâtiment.  Les fenêtres du cabanon extérieur ont aussi été brisées par les malfaiteurs.

C’est un voisin du CPE qui a alerté la police lorsqu’il a entendu le vacarme. L’alarme de sécurité du centre ne s’est pas déclenchée. Comme le CPE ne possède pas de caméras, Mme Borchert ne sait toujours pas qui pourrait avoir perpétré le crime.

Pas de vitrier

En raison de l’incident, la vitre s’est amassée sur le gazon, rendant l’aire de jeu des enfants inutilisable.

Un des locaux est dans un tel état que les enfants de ce groupe ont dû être déplacés. Les vitres du CPE ont rapidement été barricadées, dimanche, grâce à deux employées du CPE, un employé de la ville et une maman dont les enfants ont déjà fréquenté le CPE. Mais en raison du congé de la construction, le CPE devra attendre à lundi pour faire évaluer l’étendue des dégâts par un professionnel.

«Pour le moment, ça va parce que les ratios sont bas puisqu’il y a beaucoup d’enfants en vacances. Mais les vacances sont finies lundi. Beaucoup d’enfants s’en viennent et les dégâts n’ont pas pu être réparés parce que c’est la construction», explique Mme Borchert.

Incident isolé

Pour le moment, Mme Borchert ne songe pas à doter le CPE de caméras de surveillances. Elle croit qu’il s’agissait plutôt d’un incident isolé et croit que les vandales ont tenté de profiter du long congé pour agir dans cette communauté «tissée serrée» où les gens se connaissent.

 «C’est un investissement important les caméras de sécurité. C’est le premier incident qu’on a à l’installation de Saint-Jean-Baptiste depuis que je  suis directrice. De dire qu’on va prendre des sous pour investir dans un équipement de surveillance avec les compressions qu’on a, pour le moment, je n’en vois pas la pertinence.

Les gens qui auraient de l’information en rapport avec l’évènement peuvent communiquer avec la régie de police Richelieu-Saint-Laurent

image