4 octobre 2017
Hydrocarbures: appel à la solidarité
Par: L'Oeil Régional

À la suite de l’adoption sous le bâillon de la Loi sur les hydrocarbures, les règlements qui encadrent avec plus de précision les activités de cette industrie ont été rendus publics le 20 septembre 2017. Ces derniers balisent les distances minimales de séparation prévues entre les têtes de puits et nos infrastructures.

Les médias nationaux rapportent certaines de ces dernières, décrites par le ministre comme «très strictes»… Pour un hôpital, une école ou une garderie, on suggère 275 mètres. Pour les résidences, 150 mètres si vous demeurez dans un quartier résidentiel; mais pour une maison isolée, c’est 100 mètres. C’est très près. Pour les rivières, on parle de 60 mètres et plusieurs sont concernées; ce qui fait dire à un journaliste: «En clair, le gouvernement a donc décidé d’ouvrir la porte aux projets d’exploration et d’exploitation dans les lacs et les rivières du Québec.»1 «La rivière Richelieu est aussi recouverte par des permis, dont certains sont détenus par l’entreprise Gastem.»1 La responsabilité des entreprises? Plafonnée à 25 millions de dollars. Je vous rappelle qu’il n’y a pas et qu’il n’y a jamais eu de moratoire sur les gaz de schiste en milieu terrestre. Celui en vigueur depuis 2011 concerne uniquement une partie de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent. Finalement, le statut de «Réserve de la biosphère» du mont Saint-Hilaire ne le protège pas de ce type d’activité.
Soutenus par un collectif de 170 scientifiques, les citoyens pacifiques engagés depuis sept ans maintiendront le cap. Plus nous militons, plus le gouvernement s’engage dans cette filière. Je me permets donc pour la première fois de lancer un appel à la générosité de tous, incluant celle des entreprises de la région. En effet, on peut imaginer qu’une tour de forage ferait visuellement mauvais ménage avec les installations touristiques, comme les commerces autour de la montagne ou ceux qui longent la rivière. Après tout, l’eau et les paysages que nous tentons de protéger sont aussi les vôtres. Soutenez les groupes de citoyens du «Regroupement Vigilance hydrocarbures Québec» et faites un don à la campagne «Vous ne passerez pas»2. Les changements ne viendront pas de nos dirigeants, ils émergeront des communautés et vous êtes des acteurs significatifs de la nôtre.

Josée Gagnon, Mont-Saint-Hilaire

1) Schields, Alexandre, (le 21 septembre 2017). « Les plans d’eau du Québec ouverts aux pétrolières ». Le Devoir, p. 1
2) https://vousnepasserezpas.quebec/faire-un-don-unique/

image