23 janvier 2020
GMC Sierra 1500 Elevation diesel : luxe et puissance
Par: Marc Bouchard

Photo GM du Canada

Je l’ai toujours dit sans gêne : j’aime les camionnettes pick-up. Je n’en ai absolument aucun besoin. Je ne remorque jamais rien. Je transporte encore moins de marchandises lourdes. Mais j’adore les pick-up. Et je les aime encore plus quand, comme le GMC Sierra Elevation, ils sont assez luxueux pour servir de véhicule familial et assez économique pour ne pas me faire sentir coupable à chaque passage à la pompe.

Publicité
Activer le son

Je vois d’ici votre étonnement : économique, une camionnette plein format? Étonnamment, oui, plutôt. Surtout que le GMC Sierra Elevation de mon essai roulait allègrement au carburant diesel et affichait une moyenne de consommation de 10,2 litres aux 100 kilomètres, malgré une forte présence en milieu urbain et un froid de canard qui affectait les performances.

Sous le capot de ce grand véhicule, un moteur 3,0 litres diesel qui développe seulement 277 chevaux, ce qui peut sembler bien peu. Mais la donnée importante, elle vient du couple : 460 livres-pied! En termes clairs, ce GMC Sierra Elevation a la prétention d’être capable de travailler, et il le prouve.

Imaginez, il peut remorquer jusqu’à 9100 livres sans trop souffrir et a une capacité de charge de 2150 livres dans sa déclinaison à rouage intégral! Tout cela, grâce à la puissance transmise avec aisance et vivacité par la boîte de vitesse automatique 10 rapports qui, à ma grande surprise, réagit plus rapidement et plus efficacement qu’on ne pourrait s’y attendre.

Ces nouvelles boîtes ont en effet tendance à occasionner de nombreux soubresauts et des changements de vitesse qui n’en finissent jamais. Mais dans ce cas précis, les changements sont discrets et bien étagés, limitant les désagréments trop souvent associés à un mauvais mariage transmission-moteur.

Une cabine accueillante

Le GMC Sierra a tout de la camionnette de luxe. Ce n’est pas la déclinaison Denali, la plus huppée de la famille, mais c’est sans conteste celle qui présente le meilleur rapport qualité/prix. Sa liste d’accessoires est longue, sa qualité de finition tout à fait à la hauteur, et la vie à bord est définitivement agréable.

Réglons la chose tout de suite : du haut de mes 5 pieds et 7 pouces, j’aurais apprécié la présence d’un marchepied pour me hisser à bord de l’habitacle. Pire encore, si vous aviez vu la copine de mon fils tenter de sauter en bas de la cabine, vous auriez compris pourquoi le support aurait pu être utile. Il faut dire que le Sierra est imposant en dimensions et en hauteur.

Cette silhouette, charmante par ailleurs (je préfère de loin le Sierra au Silverado, son cousin direct, comme le font d’ailleurs la plupart des Canadiens), est moderne et raffinée. D’autant plus qu’en version Elevation, on mise beaucoup sur l’aspect physique du véhicule, incluant une calandre noircie et des roues de bonnes dimensions.

Mais la taille demeure un petit défi. Se promener, ou pire encore se stationner, au centre-ville, exige un peu de précision et l’usage des caméras et des capteurs disposés sur le véhicule est indispensable pour une opération réussie. Heureusement, ces aides à la conduite facilitent les passages les plus serrés et nous font passer pour de véritables pilotes de précision!

Un bon mot, dans l’habitacle, pour le système d’infodivertissement remodelé. Il est plus convivial, plus agréable, inclut comme il se doit la compatibilité Apple Car Play et Android Auto et est jumelé à un système audio plus efficace qu’on ne pourrait le croire. Et les passagers arrière ont un abondant espace pour se loger.

Sur la route

Conduire une camionnette comme le Sierra ne demande pas de compromis. Les suspensions, plus rigides, empêchent quasiment tout sautillement, ce qui est généralement le propre des camionnettes du genre.

Les quatre roues motrices, placées en mode automatique, ont été capables d’affronter sans sourciller les abondantes chutes de neige. Il est vrai qu’à certains moments, il a fallu les placer en mode 4 roues permanentes pour éliminer tout délai de réponse, mais dans l’ensemble, l’expérience a été plus que concluante.

On peut peut-être reprocher au Sierra une certaine latitude dans la direction, mais ô si petite, et une insonorisation pas toujours aussi adéquate qu’on pourrait le souhaiter. En revanche, cela permet d’apprécier le ronronnement du moteur en accélération, qui n’a rien du simple moteur diesel traditionnel.

Car oui, rappelons-le, ce véhicule roule au diesel. Un carburant qui se fait littéralement oublier (ne pensez plus au son de cliquetis désagréable ou aux odeurs nauséabondes), mais qui procure assez de couple pour justifier sa présence.

Je l’avoue, j’aime les pick-up, mais je ne m’attendais pas à apprécier autant le GMC Sierra. Bien fait pour moi!

image