18 octobre 2017
Montérégie
Explosion des cas d’Alzheimer
Par: Karine Guillet
Les femmes sont plus touchées par la maladie d’Alzheimer, en raison d’une longévité plus grande que les hommes. Photo: Archives

Les femmes sont plus touchées par la maladie d’Alzheimer, en raison d’une longévité plus grande que les hommes. Photo: Archives

Le nombre de personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer en Montérégie a triplé en 15 ans, selon les plus récentes données de la Direction de la santé publique de la Montérégie. Une augmentation notamment attribuable au vieillissement de la population.

En 2014-2015, 15 440 Montérégiens étaient atteints de l’Alzheimer. La maladie touche particulièrement les personnes de 85 ans et plus, alors que 27,7 % des Montérégiens dans cette tranche d’âge en sont atteints.
Le nombre de nouveaux cas demeure toutefois relativement stable selon l’épidémiologiste de la Direction de santé publique de la Montérégie (DSP), Manon Noiseux, alors que la Montérégie comptait 3000 nouveaux cas en 2014-2015.
«Les personnes atteintes de l’Alzheimer vivent elles aussi un peu plus longtemps qu’auparavant. Ça contribue au fait que le nombre est plus important», explique Dre Julie Loslier, directrice de la DSP en Montérégie.

En augmentation
La DSP s’attend à une croissance de la maladie, alors que d’ici 2024, une personne sur cinq aura plus de 65 ans. Les prévisions de la santé publique indiquent que le nombre de personnes atteintes d’Alzheimer doublera tous les 20 ans, principalement à cause du vieillissement de la population.
Un cas d’Alzheimer sur trois pourrait être évité en adoptant certains modes de vie. «Si l’on regarde la documentation dans d’autres pays industrialisés comme le nôtre, le nombre de nouveaux cas décroit. Donc, les facteurs de risque sous-jacents sont plus positifs», note toutefois Mme Noiseux.
C’est notamment le cas du tabagisme, alors que la région Richelieu-Yamaska, incluant la Vallée-du-Richelieu, a le plus faible taux de fumeurs de la Montérégie. Le décrochage, également un facteur de risque, a aussi chuté de 19,1 % à 11,8 % depuis les dernières années à la Commission scolaire des Patriotes. Huit des treize villes de la Vallée-du-Richelieu sont aussi certifiées Municipalité amie des aînés (MADA), une initiative visant à créer un environnement favorable au vieillissement en santé.
Proches aidants de plus en plus jeunes
À la Société Alzheimer des Maskoutains-Vallée-des-Patriotes, le directeur général Marc Trudelle constate que le nombre de proches aidants a grandement augmenté depuis les deux dernières années. L’organisme a toutefois pris un nouveau virage pour mieux se faire connaître.
M. Trudelle constate aussi que des cas d’Alzheimer sont diagnostiqués plus hâtivement qu’il y a quelques années, vers 50-55 ans. Ainsi, il voit aussi plus de proches aidants plus jeunes, encore sur le marché du travail. «C’est le même défi que le travail-école-garderie. Il faut concilier le travail, la maladie, le temps, la disponibilité et l’employeur, explique-t-il. On a mis beaucoup l’accent sur la conciliation travail-famille et c’est très bien, mais nous sommes peut-être rendus à une étape ou c’est travail-maladie.»
Certains proches aidants arrivent épuisés à la Société, après avoir entendu trop longtemps avant de demander de l’aide. Pour contrer le phénomène, la Société a adopté une nouvelle approche afin de contacter les proches aidants dès le début de la maladie. «Ça va faciliter le cheminement au niveau de l’évolution de la maladie. Plus les gens le prennent au début, mieux on les forme et plus ils sont préparés à faire face à la maladie. Le but est de favoriser le plus possible le maintien à domicile.»

image