10 juillet 2018
Festibel
Éric Lapointe encore le grand champion
Par: Denis Bélanger

Éric Lapointe a enflammé la scène du Festival d’été pour une cinquième fois. Photo: Robert Gosselin

La journée musique électronique a commencé à midi pour se terminer en soirée. Photo: François Larivière

La 13e édition du Festival d’été de Belœil a comblé les attentes aux guichets des organisateurs. L’évènement tenu du 5 au 8 juillet dans le stationnement du Mail Montenach de Belœil aura ainsi fait ses frais.

Le spectacle de Kaïn, jeudi, et la journée de musique électronique, vendredi, ont chacun attiré environ 1500 spectateurs. Samedi et dimanche, Éric Lapointe et le gala d’humour ont respectivement attiré 5000 et 2500 spectateurs. «Nous sommes très contents, nous avons eu droit à de très beaux spectacles et il a fait beau quatre jours de suite. Les résultats des ventes correspondent à ce que nous avions planifié», commente le président du conseil d’administration du Festibel, Christian Faubert.

Ce dernier admet que la formule de musique électronique, qui se déroulait de midi jusqu’en soirée, devrait être évaluée sérieusement. Bien que la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent n’ait pas reçu de plaintes, des citoyens se sont plutôt tournés vers la Ville et leur conseillère municipale pour partager leur mécontentement. «C’était effectivement bruyant», ajoute M. Faubert. La programmation de la journée de vendredi a d’ailleurs été écourtée de deux heures en raison d’une panne de courant. Tous les DJ invités ont pu s’exécuter, mais l’horaire a été remodelé en conséquence.

Le seul autre pépin mineur est survenu lors du gala d’humour. Des feux d’artifice ont détonné dans le ciel pendant le numéro d’Adib Alkhalidey, qui a su néanmoins garder sa concentration.

Que réserve l’avenir?
Le Festibel en était à sa troisième année au Mail Montenach. Christian Faubert assure avoir reçu de très bons échos des gestionnaires du centre commercial. Il ne peut confirmer à 100 % que l’évènement reviendra à cet endroit pour une quatrième année, mais estime que ça augure bien.

L’édition 2018 était une année de transition pour l’organisation qui avait vu avant les fêtes le fondateur Marc-André Bellemare remettre sa démission. Le conseil d’administration avait décidé de mettre en place une nouvelle équipe de direction à trois têtes, composée de Sylvain Pelletier à la programmation et à la production, de Laurence Drouin-Halou aux communications et de François St-Pierre aux finances et concessions. M. Faubert indique que cette formule de gestion pourrait être reconduite.

L’évènement adoptera de plus officiellement le nom de Festibel, qui a été utilisé déjà cette année sur les différentes publications et publicités de l’évènement culturel.
Christian Faubert n’a pas encore décidé s’il resterait sur le conseil d’administration. Il avait eu l’intention de quitter l’an dernier, mais avait finalement accepté de rester à bord une année de plus pour assurer la continuité du festival quand M. Bellemare est parti. Il veut se donner du temps et prendre des vacances pour y réfléchir. «Ça s’est très bien passé cette année», tient-il à ajouter.

image