26 mai 2021
Enfin
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Que reste-t-il des mesures sanitaires? Sur papier, encore beaucoup de choses. Dans notre perception du réel, pas autant. Le masque dans les commerces; le savon dans les vestibules; les restos à la veille d’ouvrir.

Publicité
Activer le son

Je généralise à gros traits, bien sûr. Chacun sa réalité et son virus. Mais pour une bonne partie de la population, notamment en Montérégie, le virus a foutu le camp avec l’arrivée du beau temps.

Il y a quand même des règles à suivre. Lesquelles? Je ne sais pas. Pour vrai, si je n’ai pas devant moi le calendrier de déconfinement dévoilé par le gouvernement, je n’en ai aucune idée. Même pour cette édition de L’ŒIL, notre journaliste au sport a eu de la diffi- culté à obtenir les consignes pour les gyms qui ouvrent leurs por- tes la semaine prochaine.

Et les règles resteront plus ou moins applicables dans les prochains mois. Huit dans une cour, ou plus si tu as une seule bulle familiale. Mais quelle est la définition d’une bulle déjà? Me demande si ce n’est pas un peu voulu, toute cette confusion. La limite est à 100 km/h, mais on tolère jusqu’à 115. Des fois à 118. Mais si on t’arrête à 112 et que tu es arrogant, on peut quand même te remettre une contravention.
J’ai vraiment l’impression qu’on laisse certaines limites un peu subjectives en place, comme huit personnes au lieu de dix, pour se donner un peu de jeu. Pense pas que la police va débarquer chez les gens qui sont dix dans leur cour. Mais elle peut.

Je pense que les gens sont déjà rendus là psychologiquement. Je l’ai senti ce week-end. Si les Québécois ont respecté leur bulle ce week-end, je peux vous dire que nous avons de grosses familles au Québec.

En pénologie, on souligne souvent que la sévérité d’une peine de prison n’est pas tellement dissuasive; le potentiel d’être arrêté dissuade davantage. On a peur de se faire pogner, en gros. Bien je pense que les Québécois n’ont plus peur de se faire pogner, sauf dans de gros partys ou des rassemblements majeurs. Car je remar- que que les cours privées sont remplies de bulles et qu’on ne se gêne pas trop pour finir la soirée à l’intérieur.

À part le manque de dissuasion, je pense que ce déconfinement avant le temps est amplifié par trois choses. Un, nous sommes écœurés. Deux, le nombre de cas est plutôt à la baisse. Trois, la vaccination va bon train.

Je crois que la population en général fait un peu d’aveuglément volontaire. Moi le premier. Avec l’écœurement, les cas en baisse et la vaccination, je suis pas mal moins sur mes gardes, je dois l’avouer. Je regarde les nouvelles et on me parle beaucoup plus de vaccination que de décès. Les 5-10 morts chaque jour, ça fait maintenant partie des statistiques. Ces morts n’ont presque plus de visage. Je ne veux pas déshumaniser, comprenez-moi bien. Mais les chances que je connaisse quelqu’un qui décède directement du virus sont de plus en plus minces. Alors, ça fait un peu moins peur. C’est moins… dissuasif, encore une fois.

Sur ce, bon vrai début de déconfinement (progressif ) vendredi. On se recroise, verre à la main, sur une terrasse. Enfin.

image