13 décembre 2017
Discussions pour un complexe sportif régional
Par: Denis Bélanger

Le tournoi de bantam de Belœil doit limiter son nombre d’équipes participantes en raison d’un manque de glaces. Photo : Archives

Le maire de Mont-Saint-Hilaire Yves Corriveau souhaite entamer des discussions avec ses homologues de la région pour doter le territoire d’un complexe sportif régional.

L’idée germait dans l’esprit de l’élu depuis un bon moment. Avant même la dernière élection, M. Corriveau en avait glissé quelques mots à la mairesse de Belœil Diane Lavoie. Selon M. Corriveau, cette installation comprendrait notamment au moins une glace ainsi que des terrains de soccer. «Nous sommes rendus là. Ça prend des équipements sportifs d’importances payés par les villes de la MRC. Les municipalités n’ont plus les moyens de se payer individuellement des installations», avait-il confié à L’Œil Régional à l’aube du scrutin de novembre dernier.

Diane Lavoie, qui a hérité du poste de préfet de la MRC de la Vallée-du-Richelieu, a mentionné pour sa part que ce projet et plusieurs autres dossiers seraient abordés pendant une activité de type «lac à l’épaule» avec tous les maires de la MRC, qui doit avoir lieu en janvier.

Un besoin
Rappelons que la région dispose actuellement de trois patinoires intérieures, à Belœil (une glace à l’aréna municipal André Saint-Laurent) et à Mont-Saint-Hilaire (deux glaces au complexe privé Sportscene), et que deux organisations de hockey mineur desservent un total de huit municipalités. Le manque de disponibilité fait notamment en sorte que les équipes de compétitions du Collège Saint-Hilaire disputent leurs parties à Saint-Hyacinthe. De leur côté, les organisateurs du tournoi bantam de Belœil ont déjà avoué récemment refuser annuellement des équipes pour la même raison.

Il y a quelques années, la Ville de Belœil avait fait une étude qui révélait un manque de glace de 800 heures par année. La municipalité compte mettre à jour cette étude en 2018 en sondant les organismes du milieu.

Les autres maires prudents
Est-ce que l’idée intéressera les autres villes? Martin Dulac, nouveau maire de McMasterville après un règne de 24 ans de Gilles Plante, n’avait pas entendu parler du projet avant d’être questionné sur le sujet par l’Œil Régional. M. Dulac a démontré de l’ouverture, tout en rappelant que chaque projet auquel participera sa municipalité devra prendre en considération la capacité des citoyens de payer. Notons que la Ville pourra profiter dès 2018 d’une patinoire réfrigérée qui sera recouverte d’un toit.

De son côté, le maire d’Otterburn Park, Denis Parent, nouvellement élu, s’est montré peu enthousiaste au projet. Il a d’ailleurs questionné sa collègue Diane Lavoie pour avoir plus de détails sur ce projet avant de partager son point de vue au journal. «Je ne vois pas la nécessité d’Otterburn Park de participer à ça. Nous allons bientôt avoir un beau gymnase [dans les Bosquets Albert-Hudon]. De plus, ce serait quelque chose qu’on ne voudrait surement pas mettre à Otterburn Park.»

 

image