23 octobre 2020
Mont-Saint-Hilaire
Deux projets commerciaux renvoyés à la table à dessin
Par: Denis Bélanger

Le terrain vacant a changé de propriétaire cet été. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La Ville de Mont-Saint-Hilaire vient de rejeter les premières propositions de deux projets de construction et de rénovations de bâtiments commerciaux sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier. Les demandeurs doivent refaire leurs devoirs pour que leur projet soit conforme aux règlements municipaux.

Publicité
Activer le son

Le premier projet serait réalisé sur un terrain vacant situé à côté d’un commerce de couvre-plancher et à quelques jets de pierre de l’intersection de la route 116 et du boulevard Grande Allée. Il s’agit d’un bâtiment mixte de quatre étages, incluant le rez-de-chaussée. Des commerces sont projetés pour le rez-de-chaussée et 35 unités de logement sur tous les étages. S’ajoutent au complexe un stationnement souterrain de 56 cases et 12 espaces en façade.

Mais à la recommandation du Comité consultatif d’urbanisme (CCU), les élus ont refusé d’approuver, lors de la séance du conseil municipal du 5 octobre, le Plan d’implantation et d’intégration architectural du projet. Le promoteur, une compagnie à numéro administrée par Sébastien Letendre de Saint-Hyacinthe, doit notamment mieux harmoniser son bâtiment avec les édifices limitrophes. Le CCU souhaiterait notamment une gradation des hauteurs et un recul d’une partie du côté de certaines rues.

Le développement de ce terrain est dans les cartons depuis des années. Au départ, la dentiste déjà basée à Mont-Saint-Hilaire Caroline Cusson avait acquis la propriété en 2016 pour y déménager son commerce. À l’hiver 2018, elle avait affirmé au journal qu’elle souhaitait commencer la construction du bâtiment à l’été de cette même année. Le projet ne s’est pas matérialisé et la dentiste a vendu le terrain à Sébastien Letendre le 28 juillet dernier au montant de 1,2 M$. Ni Mme Cusson ni M. Letendre n’ont pu être joints par L’Œil Régional au moment de mettre sous presse.

Non conforme également

Le deuxième projet rejeté à la recommandation du CCU est un projet de rénovation et d’agrandissement du 894, boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, où se trouvent deux bâtiments commerciaux. Le projet consiste à relier les deux édifices afin de créer de nouveaux espaces de bureaux. Les travaux comprendraient aussi la rénovation de l’enveloppe extérieure des bâtiments et le réaménagement des aires de stationnement.

Plusieurs éléments sont non conformes, dont les entrées charretières qui n’ont pas présentement sept mètres de largeur. De plus, le propriétaire, Anthony Mainville, devra demander des dérogations mineures pour plusieurs autres points.

image