8 février 2018
Des voleurs hyperactifs ciblent un resto de Belœil
Par: Denis Bélanger

Gérald Paquin, propriétaire de la pizzeria La Renaissance. Photo: Denis Bélanger

Le propriétaire de la pizzeria de Belœil La Renaissance peut remercier les agents de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL) d’avoir épinglé les deux individus qui sont entrés par effraction dans son commerce de la rue Duvernay, dans la nuit du 27 janvier.

Les voleurs, un homme et une femme âgés de la vingtaine, sont partis avec le tiroir-caisse. Ils n’ont toutefois pas eu le temps de cacher l’argent avant de se faire arrêter et le propriétaire, Gérald Paquin, a pu ainsi récupérer le contenu de sa caisse. Les malfaiteurs ont toutefois causé quelques dommages. «Ils ont arraché la serrure. Il va falloir évidemment aussi racheter une caisse. Les fils ont été arrachés et la clé est cassée. Les ordinateurs éprouvent quelques difficultés, s’éteignant tout seuls», ajoute le commerçant qui venait de fêter les 10 ans de son restaurant.

M. Paquin et sa conjointe s’estiment chanceux et soulignent que la situation aurait pu être pire si le vol avait notamment eu lieu en plein jour, où il y aurait eu des risques de blessures. «C’est arrivé seulement deux fois en dix ans», précise M. Paquin.

Voleurs hyperactifs
Steven Lavigne a été formellement accusé de vol pour moins de 5000 $ au palais de justice de Saint-Hyacinthe. L’accusé de 25 ans, de Drummondville, demeure détenu et reviendra devant le tribunal le 14 février pour son enquête de remise en liberté. Sa présumée complice a été pour sa part libérée avec promesse de comparaître ultérieurement.

Ce n’était par le premier vol du duo. Ils commettaient de trois à quatre délits par nuit en Montérégie, en Estrie ainsi qu’au Centre-du-Québec. L’inspecteur-chef Yanick Parent de la RIPRSL n’hésite pas à les qualifier de malfaiteurs hyperactifs. Les restaurants et les bureaux de poste étaient leurs cibles.
Ils employaient toujours la même méthode pour commettre leurs vols. Ils neutralisaient les systèmes servant à toutes communications des établissements dévalisés, autant la téléphonie que les alarmes.
L’arrestation des voleurs a mené les enquêteurs à faire des perquisitions à Drummondville et dans un mini-entrepôt de Granby, là où les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé plusieurs items susceptibles de faire progresser les dossiers en cause.

image