16 novembre 2015
Des résidents de Mont-Saint-Hilaire évacués
Par: L'Oeil Régional
Les pompiers ont évacué quelques résidences par mesure préventive.

Les pompiers ont évacué quelques résidences par mesure préventive.

Les six ménages de Mont-Saint-Hilaire évacués en raison de la présence d’un gaz inconnu potentiellement explosif ont finalement regagné leur domicile, mardi soir

Six logements du 839 au 849 rue des Cheminots,  dans le secteur du village de la Gare ont été touchés par l’évacuation, en soirée, lundi soir.  

Un laboratoire mobile d’Urgence-Environnement a été dépêché afin d’identifier le gaz.  Celui n’a pas été décelé durant la présence de  l’équipe TAGA du ministère de l’environnement, rendant son identification impossible.  La Ville a installé des compteurs de gaz de niveau d’oxygène pendant la nuit.

Les résidents ont finalement pu regargner leur domicile mardi soir, puisque le gaz n’avait pas été détecté dans les résidences depuis lundi après-midi. Mont-Saint-Hilaire a tout de même installé des détecteurs dans les habitations,  qui déclencheront une alarme en cas de présence du gaz ou de baisse d’oxygène.  La Ville continue également ses démarches afin d’identifier le gaz  à l’origine de l’incident et sa provenance.

Présent depuis dimanche

Le service de sécurité incendie avait déjà reçu un appel pour un détecteur de fumée dimanche soir à la même adresse. Ils avaient alors capté des lectures minimes d’un gaz inconnu potentiellement explosif et une baisse d’oxygène.  Aucune odeur n’était perceptible. 

Les résidents ont été évacués une première fois dimanche soir. Pendant la nuit, les pompiers ont pris des lectures à plusieurs reprises. Les sinistrés ont pu regagner leur résidence vers 5h puisqu’aucune trace du gaz n’avait été détectée.

Le gaz a de nouveau été détecté en fin d’après-midi. La ville a encore une fois procédé à l’évacuation de ces résidences par mesure de sécurité. Les personnes évacuées ont reçu des coupons pour passer la nuit au motel.

Selon le porte-parole de la ville, Pierre Tadros, la situation ne présentait pas de grand risque, mais les forces de l’ordre ont préféré évacuer les demeures à titre préventif.  «On parle de niveau extrêmement bas, mais tout de même détectable. Il n’y a pas de chance à prendre parce qu’on ne connaît pas la nature du gaz.»

image