27 avril 2018
Parti québécois dans Borduas
Des militants veulent un candidat local
Par: Denis Bélanger

Cédric Gagnon-Ducharme.

L’annonce récente de la candidature de Marilou Alarie, une conseillère municipale de Saint-Bruno-de-Montarville, à l’investiture du Parti québécois dans Borduas, a étonné plusieurs militants qui ont senti le besoin de donner leur appui à l’autre candidat, Cédric Gagnon Ducharme, originaire de la Vallée-du-Richelieu.

Près d’une cinquantaine de militants ont cosigné une lettre d’appui à M. Gagnon-Ducharme qui a été envoyée à L’Œil Régional. Parmi les signataires, on retrouve deux membres de l’exécutif du parti dans la circonscription, soit Yves Deshaies, un ancien candidat aux élections municipales de Belœil, et le représentant jeunesse Marc-Olivier Sioui. Parmi les signataires se trouve aussi l’actuel conseiller municipal de Mont-Saint-Hilaire, Émile Grenon-Gilbert.

Ces militants donnent leur entière confiance à Cédric Gagnon-Ducharme, notamment en raison de son origine dans la région. Notons toutefois que le candidat, qui a annoncé sa candidature en novembre, demeure à Montréal.

«Son engagement envers notre région et ses citoyens est sincère et profond, et vient du fait qu’il a grandi, a travaillé, puis milité ici, sur les rives du Richelieu. Lorsqu’il défend nos aspirations collectives, dont la souveraineté, nous savons qu’il prend fait et cause pour les siens; lorsqu’il prend la parole dans un événement patriote, nous savons qu’il le fait par conviction et non par opportunisme», peut-on lire dans la missive.

Le principal concerné s’est dit touché de la démarche des militants. «Par ailleurs, je ne peux que constater que l’engagement sincère pour sa communauté et le développement de relations positives basées sur l’écoute et le partage d’idées créent un rempart face au cynisme politique ambiant», ajoute M. Gagnon-Ducharme, avocat de métier.

De son côté, Marilou Alarie est d’avis que les militants devraient choisir entre autres le candidat qui a les meilleures chances de battre le député caquiste Simon Jolin-Barrette aux prochaines élections générales. «J’invite les gens qui ont appuyé l’autre candidat à venir me rencontrer. Je viens de lancer ma campagne et je n’ai pas eu le temps de faire le tour des militants. Je demeure une fille de la Montérégie et j’utilise des services du territoire, un de mes enfants va à McMasterville et on utilise les services de santé de Richelieu-Yamaska.»

Rappelons que la candidate bénéficie déjà de l’appui de la députée péquiste de Marie-Victorin, Catherine Fournier.

À l’annonce des intentions de Marilou Alarie, le président du conseil exécutif de Borduas, Jean Guy Baril, avait indiqué que le conseil demeurerait neutre. Il avait cependant indiqué que les membres seraient libres d’appuyer la personne de leur choix.

image