22 février 2016
Des citoyens à la rescousse de la clinique de la Rive
Par: Karine Guillet
Avec d'autres citoyens, l'ex-maire Gérard Boutin tente de sauver la Clinique de la Rive.

Avec d'autres citoyens, l'ex-maire Gérard Boutin tente de sauver la Clinique de la Rive.

SANTÉ. Des résidents d’Otterburn Park sont prêts à prendre en main l’administration de la Clinique médicale de la Rive pour garder leurs médecins dans la municipalité.

Fondé il y a plus de 20 ans, le groupe de médecine familiale (GMF) de la Rive a dû composer avec le départ de trois médecins en quelques semaines en 2014. Cette cascade d’événements a poussé les deux médecins fondateurs à alerter quelques citoyens, dont l’ex-maire d’Otterburn Park Gérard Boutin, pour leur signaler qu’ils ne souhaitaient plus administrer la clinique et qu’ils préféraient se concentrer à la médecine.    

M. Boutin soutient que le groupe a soumis quelques propositions aux médecins, dont l’idée d’engager un gestionnaire, mais la solution d’une coopérative médicale priorisée par les médecins est finalement apparue comme la meilleure solution.

Attirer de nouveaux médecins

Le Québec compte un peu plus d’une cinquantaine de coopératives de santé.  Les coopératives médicales  offrent des services de santé tant aux membres qu’aux non-membres et font la promotion de la prévention. L’approche mise sur la prise en charge du milieu afin de responsabiliser la population à l’enjeu de la santé.

Le GMF de la Rive compte présentement plus de 9000 patients d’Otterburn Park et des villes avoisinantes. Selon les données du CISSS Montérégie-Est, un peu plus de 13% de la population d’Otterburn Park est sans médecin de famille, ce qui représente 1118 personnes. Environ 2% de la population orpheline est vulnérable.

Selon M. Boutin, si la transition vers une coopérative de santé ne garantit pas aux membres un médecin de famille, le changement permettra à la municipalité de mieux se positionner pour attirer de nouveaux médecins. Il soutient d’ailleurs qu’une omnipraticienne s’est jointe à l’équipe de la clinique depuis le début de l’année en raison des démarches citoyennes vers un projet de coopérative.  

Mesurer les appuis

Avant de se lancer officiellement dans le démarrage d’une coopérative de santé, le comité de citoyens, la Ville d’Otterburn Park et la FADOQ ont sondé l’intérêt de la population peu avant la fin de l’année.  Pas moins de 360 personnes ont répondu au questionnaire, pour la grande majorité d’Otterburn Park.

Le comité de citoyens mettra à l’épreuve les résultats de ce sondage lors d’une soirée d’information la semaine prochaine. Si le projet bénéficie toujours d’un appui de la population, le comité produira un plan d’affaires, puis une étude de faisabilité avant de partir à la recherche de partenaires financiers. M. Boutin croit que la coopérative pourrait démarrer avant la fin de l’année.

Les résultats du sondage

88% des répondants sont favorables à l’implantation d’une coopérative.

73% des répondants d’Otterburn Park sont favorables à l’implication financière de la Ville.

80% des répondants d’Otterburn Park sont favorables à une implication de la Ville sous forme de service

75% sont favorables à l’implantation de services d’appui (nutritionniste, kinésiologue,etc.)

75% sont favorables à un droit d’entrée de 100$ annuellement

68% seraient prêts à renouveler leur implication financière sur plus d’un an.

Soirée d’information

Le comité de citoyens tiendra une soirée d’information au centre communautaire de la Pointe-Valaine, le 25 février prochain à 19h.  

image