7 décembre 2020
Cyrell investit 7,5 M$ dans ses installations
Par: Sarah-Eve Charland

Cyrell doit agrandir ses installations pour répondre à la demande. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Alors que sa croissance s’accélère, l’entreprise Cyrell, spécialisée dans la fabrication de devantures, n’a pas eu le choix d’investir près de 7,5 M$ dans la construction de sa nouvelle usine à Belœil.

Publicité
Activer le son

Les installations actuelles se retrouvent sur la rue Louis-Marchand à Belœil. L’entreprise a commencé les travaux des nouvelles installations à environ 500 mètres de cet endroit. Le bâtiment s’étendra sur près de 18 580 mètres carrés, soit environ le double de l’usine actuelle. Les travaux devraient se terminer au printemps, suivis de l’installation des équipements. Le déménagement complet devrait se réaliser l’été prochain.

« Avec notre croissance, on a décidé de doubler la superficie de production. On a commencé à travailler sur le marché américain. On a de bons résultats jusqu’à présent là-bas. On fait des produits innovants que les gens aiment. Je suis donc en train de mettre en place une équipe pour gérer la croissance aux États-Unis », souligne le président de Cyrell, Gabriel Borduas.

La pandémie n’a pas eu d’impact sur la croissance de l’entreprise. Au cours de la dernière année financière, qui s’est terminée au 31 juillet, Cyrell a connu une croissance de 30 %. Le premier trimestre de l’année en cours a représenté une croissance de 50 %. « C’est pour ça qu’il faut réagir rapidement », ajoute-t-il.

L’entreprise a terminé d’ailleurs un contrat à Boston dernièrement. Elle a aussi reçu le mandat de rénover la devanture de l’hôtel Hilton à Québec et du Four Seasons à Montréal. « On a des contrats de plus en plus d’envergure. »

Cyrell englobe 45 employés. D’ici trois ans, le nombre d’employés devrait atteindre entre 55 et 60. « Ça permet aussi de consolider l’équipe actuelle. »

Pénurie de main-d’œuvre

La pénurie de main-d’œuvre est tellement importante que M. Borduas a décidé d’élargir ses horizons en recrutant à l’étranger. À l’automne dernier, il s’est rendu en Tunisie afin de passer plusieurs entrevues qui ont mené à l’embauche de cinq personnes ayant les compétences spécialisées recherchées.

« Un de ceux-là, un technologue en fabrication, est arrivé en mai. Il a amené sa famille avec lui. En octobre, trois sur quatre sont arrivés; le quatrième s’est désisté. Ils ont fait leur quarantaine. Ils se sont intégrés à notre équipe depuis ce temps-là. En voyant la qualité des gens engagés et recrutés là-bas, j’ai même décidé d’en engager trois autres qui devraient arriver en avril ou mai. On règle notre problème de main-d’œuvre », raconte-t-il.

image