23 décembre 2019
Coton ouaté
Par: Vincent Guilbault
Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

C’est l’année coton ouatée. Oui, le Bye Bye en parlera et mixera sûrement les deux cotons ouatés populaires. Celui de la chanson de Bleu Jeans Bleu, et celui de la députée de Taschereau Catherine Dorion.

Est ben bonne la toune, les enfants adorent, mais j’ai envie de vous parler du deuxième chandail.
Parce que j’ai un peu un crush sur Catherine (me permet de dire Catherine, elle n’a pas l’air de s’accrocher les pantoufles dans les conventions). Pas en raison de ses allégeances politiques. Me fous qu’elle soit de QS, je ne suis pas nécessairement aligné avec le parti, surtout avec mes obligations de neutralité journalistique. Non, mon amourette concerne le personnage.
Celui avant son élection. Celui pendant son élection et un peu celui d’aujourd’hui malgré certaines, disons frasques, un terme qu’elle n’accepterait pas. Mais c’est mon texte facque je décide.
L’humoriste Léa Stréliski résume mon opinion sur Catherine Dorion de belle façon, se disant parfois divisée devant l’attitude de la députée. « J’ai une moitié de moi qui dit : “That’s right Catherine, fuck le décorum, fuck les avocats et les banquiers qui pensent que seulement eux peuvent représenter la classe politique”. Mais l’autre moitié qui dit : “pfff, je suis fatigué, peux-tu juste mettre une blouse?” »
Et moi le décorum, j’aime ça un minimum, mettons. Genre, je ne suis pas trop coton ouaté à l’Assemblée nationale pour tout dire. Mais on dirait que pour la députée, m’en fous un peu. Tu peux détester une chose parfois dans la vie, mais la tolérer ou même l’aimer dans une circonstance sans pouvoir l’expliquer. C’est une contradiction et dans la vie, faut les assumer. Catherine, va savoir, elle a un passe-droit. Ben oui, c’est plate de même, aucune raison pour l’expliquer. C’est peut-être parce que, malgré les frasques, je pense que toute sa « maladresse politique » découle de l’honnêteté. Une implication politique calculée, certes, mais foncièrement honnête.
Je connaissais le personnage avant son élection à travers certaines entrevues. Par curiosité, j’avais lu son essai Les luttes fécondes, un livre sur la politique et le désir. Une (mini) révélation pour moi. La journée de son élection, j’étais heureux; l’Assemblée nationale a besoin de gens comme Catherine. Parce que des avocats et des banquiers… en veux-tu en v’là.
Mais surtout, son élection est un pied de nez aux conventions. On se dit las devant la langue de bois et les réponses creuses. Mais quand un politicien ose trop parler, on l’attend dans le détour. Et Catherine est un peu « dans ta face », et semble faire la politique qu’elle décrit dans son livre, celle du cœur et surtout, du désir. Mais oui, ça écorche et c’est le parti politique qui en souffre un peu dans les sondages. Ça attise la colère et les insultes. Mais Cath, ne prends pas les insultes personnellement; c’est ce que tu représentes que certains détestent, pas tant toi. Bon, peut-être un peu toi, mais bon, on a déjà pendu et crucifié des gens pour moins que ça.
Devant les personnages qui divisent tant, je nous souhaite peut-être un peu plus d’ouverture en 2020; ça nous changerait un peu comme société. Comme peuple, pourquoi pas.
Joyeux Noël la gang. Dans un gros coton ouaté mou. On se revoit quelque part en 2020. Avec plus d’amour, moins de haine.

image