11 juin 2021
Classe en difficulté d’apprentissage
Calculer et faire des recherches afin de créer un jardin
Par: Sarah-Eve Charland

Des élèves en difficulté d’apprentissage ont su créer la vie en mettant en application la matière apprise au cours de l’année. Photos Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Ce n’était qu’une parcelle de gazon avant qu’ils labourent le terrain et y sèment des vivaces et des plantes alimentaires. C’est maintenant un jardin diversifié qui embellit l’école le Tournesol, créé par un groupe d’élèves en difficulté d’apprentissage grâce à leur formation en classe.

Publicité
Activer le son

Rencontrés à l’entrée de l’école, les élèves racontent d’emblée comment ils ont créé cet espace de jardinage. Tant de centimètres entre les échinacées et les hémérocalles, tant de centimètres entre le basilic et les plants de tomates, explique le groupe composé de 11 élèves en difficulté d’apprentissage. « On a fait des mathématiques pour planter les graines », souligne Roxanne.

L’enseignante Pascale Mc Nicoll voit dans cet enseignement l’occasion de mettre en pratique plusieurs matières à la fois, de la germination de semis en classe à la plantation au printemps. « On disait qu’on allait planter nos semis; je me suis assurée que ça se concrétise. Le jardin, c’est concret pour eux. À cette période de l’année, il y a une fatigue cognitive. On fait essentiellement de la révision. Ça leur permet de retrouver la motivation. C’est important qu’ils soient fiers », souligne-t-elle.

Les élèves ont interpellé les parents afin de recevoir des vivaces en dons. Et les parents ont répondu à l’appel en grand nombre. Les élèves ont reçu suffisamment de vivaces pour en planter à plusieurs endroits autour de l’école, embellissant l’établissement. La Ville de Belœil a aussi contribué en offrant du paillis. Ils ont même installé deux treillis pour y créer « un portail secret » sur lequel des plants de haricots grimpants s’y rattacheront. Idéal pour les élèves qui aiment « s’évader dans les nuages comme Jack et le haricot magique », plaisante l’enseignante.

En créant de leurs propres mains, ces élèves ont fait des mathématiques et ont fait des recherches en science. « J’ai appris à prendre soin de la terre et de mère Nature », ajoute Coralie, une des élèves.

Pour certains, ce projet a mis en lumière un côté entrepreneurial et un leadership. C’est le cas de Mason, reconnaissent l’enseignante et les autres élèves. Il a su dès le départ guider ses camarades, établir les priorités et les tâches à accomplir. « Il était sûrement déjà un leader avant le jardin », avoue Coralie.

« Ce que j’ai le plus aimé, ç’a été de labourer la terre, se rappelle Mason. On a mis la terre et les clôtures. Avant, c’était du gazon. On a fait un plan. On a créé le jardin au complet. »

image