23 décembre 2020
Bruno Gervais immortalisé par les Gaulois
Par: Denis Bélanger

Le chandail de Bruno Gervais (à droite) a été retiré en même temps que celui de son grand ami, Maxime Talbot.

Bruno Gervais a porté son numéro 12 pour la grande occasion.

Gervais a vécu le moment en compagnie de sa famille. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le 10 janvier dernier, l’ancien défenseur de la Ligue nationale de hockey (LNH) de Mont-Saint-Hilaire a reçu d’une de ses anciennes équipes l’un des plus beaux cadeaux qu’on peut donner à un joueur de hockey. Les Gaulois de Saint-Hyacinthe du midget AAA ont retiré à jamais le numéro 12 qu’il a porté fièrement au début des années 2020. Un moment que le joueur a pu partager en compagnie de son grand ami et ancien collègue de la LNH, Maxime Talbot, qui a vu lui aussi son chandail être retiré.

Publicité
Activer le son

« C’est quelque chose de particulier quand une équipe retire ton chandail. Ça l’a été encore plus de pouvoir créer ce souvenir avec Max. Nous avons tellement fait et bâti de choses ensemble », a raconté Bruno Gervais en entrevue avec L’ŒIL.

Gervais a appris la nouvelle du retrait des chandails quelques semaines seulement avant par son ancien entraîneur Simon Désautels. « Simon s’implique encore au sein de l’organisation et il a pour mentalité de développer le sentiment d’appartenance. Le midget AAA est le dernier moment qu’on joue dans la zone où l’on vit. Après, on se retrouve ailleurs. Je trouve ça important d’ailleurs de valoriser ce sentiment d’appartenance. »

L’ancien arrière des Islanders de New York ignorait à quoi s’attendre comme soirée. L’organisation s’était fait un devoir de ne pas brûler la mèche. « Nous avons eu plein de surprises à travers ça et la cérémonie a été faite d’une main de maître. J’ai eu l’occasion de revoir des enseignants, soit des gens qui ont eu une influence positive pour moi. C’était tellement une étape charnière dans la vie d’un adolescent, le passage au secondaire, et moi, j’ai eu la chance de faire tout mon secondaire à Antoine-Girouard [ancienne école privée]. […] Nous avons pu voir aussi la majorité de nos anciens coéquipiers et nous avons pu faire le tour de glace avec nos garçons à Max et moi. »

L’Hilairemontais peine à réaliser que cette cérémonie s’est tenue il y a moins d’un an, alors que les mois suivants ont été dictés par le coronavirus. « J’ai l’impression que ça fait 12 ans que ç’a été fait. Il y a beaucoup de choses qui ont bougé depuis et, avec tout ce qu’on vit présentement, ce n’est pas facile. Ce contexte me fait peut-être plus apprécier l’événement. J’ai toujours été quelqu’un qui regarde en avant. Je l’ai énormément chéri sur le moment, mais je n’y pense pas beaucoup depuis. »

Une décision importante

Bruno Gervais aura joué une seule partie complète avec les Gaulois dans le midget AAA, soit durant la campagne 2000-2001. Il n’a joué que six parties la saison précédente. Alors âgé de 15 ans, il avait pris la décision de ne pas se présenter au camp de l’équipe à l’aube de la campagne 1999-2000.

« Mes entraîneurs de l’époque m’en parlent encore. La décision a été difficile, car j’allais déjà à l’école de l’équipe et je connaissais les gars. J’étais un petit défenseur. Je venais de faire une première année bantam AA. Je sentais que je jouais pour survivre plutôt que d’avoir confiance avec la rondelle. J’ai décidé que je voulais me développer physiquement et prendre confiance. »

La décision aura porté ses fruits. En 2000-2001, Bruno Gervais aura finalement récolté 8 buts et 27 mentions d’aide en 40 parties. Il a poursuivi par la suite son cheminement qui l’a mené jusqu’à la LNH.

image