12 janvier 2017
Beloeil s’intéresse aux déchets des entreprises
Par: Karine Guillet
Des établissements institutionnels et commerciaux peuvent être exemptés de la taxation municipale sur présentation d’un contrat de collecteur privé, explique la MRCVR.

Des établissements institutionnels et commerciaux peuvent être exemptés de la taxation municipale sur présentation d’un contrat de collecteur privé, explique la MRCVR.

ENVIRONNEMENT. Belœil veut savoir combien de déchets produisent les industries, commerces et institutions de son territoire. La MRC de la Vallée-du-Richelieu, qui a compétence pour la gestion des matières résiduelles sur le territoire, mènera l’étude.

Selon la porte-parole de Belœil, Émélie Trinque, la Ville a constaté depuis deux ans une diminution des redevances de Québec associées à la gestion des matières résiduelles, en partie à cause d’un tonnage élevé de matières résiduelles provenant du secteur des industries, commerces et institutions (ICI).

Rappelons que le gouvernement du Québec retourne des sommes d’argent aux municipalités selon la quantité d’ordures éliminées. Moins une municipalité produit de déchets, plus elle reçoit de redevances du gouvernement.

Depuis 2014, le gouvernement a toutefois ajouté graduellement les matières résiduelles provenant des ICI à son calcul, qui ne comprenait avant que le secteur résidentiel. Ainsi, dès cette année, les matières résiduelles provenant de ce secteur seront comptabilisées à 100%.

À Belœil, le secteur des ICI a éliminé 12 406  tonnes de déchets dans des sites d’enfouissement en 2015,  alors que le secteur résidentiel a produit 7155 tonnes

Caractérisation

Afin de contrer la baisse de subventions associée à une diminution de performance au niveau des matières résiduelles, Belœil a demandé par résolution à la MRC de déposer une demande financière à un programme de Recyc-Québec pour la caractérisation de matières résiduelles provenant des ICI. La demande a été acceptée, mais le programme n’avait plus de fonds disponibles. De nouvelles sommes pourraient toutefois être disponibles en février.

«La Ville souhaite donc identifier la source de ce tonnage particulièrement élevé afin de pouvoir cibler son plan d’action et d’intervention le plus rapidement possible», explique Mme Trinque.

Pas unique à Belœil

Certaines municipalités vivent cette situation, confirme la MRC de la Vallée-du-Richelieu. En 2014, les municipalités desservies par la MRC pour la gestion des matières résiduelles ont reçu 602 174$ en redevances du gouvernement pour les matières résiduelles. En 2015, la MRC a reçu 576 954$ en vertu de ce même programme, une diminution de 4%.

image