27 mai 2021
Belœil ne veut pas réglementer les pesticides
Par: Sarah-Eve Charland

Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Alors que la Ville de McMasterville a adopté un règlement encadrant l’usage de pesticides sur son territoire, Belœil met à nouveau de côté cette possibilité jugeant que ce type de règlement est loin de faire l’unanimité.

Publicité
Activer le son

En février, le conseil municipal de McMasterville a présenté le règlement qui interdit l’application des pesticides prohibés dans le Code de gestion des pesticides du Québec. L’application de certains pesticides à faible impact, également mentionnés au Code de gestion des pesticides, sera tolérée et ne nécessitera pas de permis. McMasterville a identifié certaines zones dites sensibles comme celles près d’un CPE, d’une école, d’une clinique de santé, d’une résidence pour personnes âgées ou d’un parc, entre autres.

« Le conseil municipal est toujours soucieux de l’environnement et c’est dans une optique de développement durable que ce projet de règlement a été présenté. […] L’objectif de ce dernier est de réduire au maximum l’utilisation des pesticides ou, advenant une situation exceptionnelle nécessitant l’application, de l’encadrer de la meilleure manière qui soit », affirme le maire de McMasterville, Martin Dulac.

Interpelée en séance du conseil à ce sujet, la mairesse de Belœil, Diane Lavoie, affirme qu’il s’agit d’un projet loin d’être facile. « En ce moment, il n’y a pas vraiment de réglementation. Le CCDD [Comité consultatif en développement durable] a ramené ce dossier-là à plusieurs reprises. Cela n’a pas été concluant. On va avoir besoin de beaucoup d’ouverture de bien des gens. Vous savez, c’est comme arroser la pelouse. Tout le monde veut une belle pelouse parfaite, sans fleurs jaunes, tout au long de l’été. Ça prend beaucoup de sensibilisation. À force de travailler, de taper sur le clou, on va arriver avec de belles propositions. Éventuellement, les gens vont embarquer de plus en plus dans ces nouvelles tendances », a-t-elle répondu.

La Direction de l’urbanisme a présenté un sommaire d’orientation aux élus afin qu’ils en discutent en séance plénière en décembre 2020. Les élus n’ont pas donné suite à ce projet. La proposition aurait été mise de côté puisqu’il n’y a pas de consensus au sein du conseil sur le sujet. La Ville de Belœil juge que la réglementation provinciale concernant l’utilisation de pesticides est déjà sévère.

La mairesse a rappelé que la Ville de Belœil a adhéré à la déclaration d’engagement Unis pour le climat, une initiative de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). « La Ville va devoir se positionner, mais les citoyens aussi », ajoute-t-elle.

Dans la région, Mont-Saint-Hilaire est aussi l’une des villes dont la réglementation est plus sévère que celle du provincial. L’usage de pesticides n’est permis que dans certaines circonstances et seulement pour certains commerces. Les entrepreneurs doivent s’enregistrer chaque année à la Municipalité pour avoir le droit de faire de l’épandage de pesticides.

image