16 novembre 2017
Belœil et Mont-Saint-Hilaire plantent plus d’arbres qu’elles n’en abattent
Par: Karine Guillet
Une centaine d'arbres ont été plantés au parc Victor-Brillon dans le cadre de la journée des arbres TD, en septembre. Photo:Karine Guillet

Une centaine d'arbres ont été plantés au parc Victor-Brillon dans le cadre de la journée des arbres TD, en septembre. Photo:Karine Guillet

Belœil et Mont-Saint-Hilaire ont planté plus d’arbres dans leurs espaces verts qu’elles n’en ont abattus au cours des dernières années, malgré la présence confirmée de l’agrile du frêne.

Depuis qu’elle a découvert la présence de l’agrile du frêne sur son territoire en 2013, Mont-Saint-Hilaire a abattu 852 arbres sur son territoire, dont 500 frênes. Cette année seulement, environ 500 arbres, dont 327 frênes, ont été coupés. Ce n’est qu’un début, puisque la municipalité estime qu’elle devra en abattre deux fois plus, soit environ 2200 frênes, au cours des cinq prochaines années.

Malgré tout, Mont-Saint-Hilaire demeure la municipalité avec la plus grande proportion de son territoire recouvert d’arbres; son indice de canopée atteignait 48,9 % en 2015, selon la Communauté métropolitaine de Montréal. La canopée est la strate supérieure d’un couvert arborescent, soit l’ensemble des cimes des arbres. Ce calcul l’ensemble territoire, dont le mont Saint-Hilaire. Depuis les cinq dernières années, la Ville a d’ailleurs planté 3169 arbres, de divers espèces et calibres. Mont-Saint-Hilaire a d’ailleurs été particulièrement active en 2015 et 2016, alors qu’elle a planté respectivement 1354 et 1408 arbres durant ces deux années.

La Ville avait d’ailleurs adopté en 2005 une politique de l’arbre, dont le but était à la fois de gérer la foresterie urbaine et de sensibiliser les citoyens. La municipalité a aussi adopté en 2014 un plan d’action pour mettre en action cette politique.

Belœil

À Belœil, la municipalité a coupé 114 arbres touchés par l’agrile du frêne, cette année. Elle en avait abattu 17 l’an dernier. La municipalité avait identifié en 2012, un an avant que la présence de l’agrile soit confirmée dans la municipalité, qu’environ 10 % des arbres sur le domaine public étaient des frênes, soit 156 arbres. Un pourcentage que la Ville avait qualifié d’encourageant, puisqu’il suggérait une bonne diversité à Belœil.

Le verdissement de la municipalité fait partie des objectifs de Belœil pour les dix prochaines années. Selon la planification stratégique, la municipalité souhaite accroitre d’ici 2028 son indice de canopée de 35 %, soulignant que chaque arbre coupé devra être remplacé par deux autres. L’élaboration d’un plan de verdissement est d’ailleurs prévue pour l’an prochain. «Les projections quantitatives et les modalités d’interventions restent encore à définir pour l’intégrer ensuite dans le plan directeur de verdissement», explique la directrice des communications, Caroline Nguyen Minh. Elle souligne que la Ville compte tenir une consultation publique une fois la rédaction du plan plus avancée.

Cette année, la Ville prévoit planter 40 arbres. La Ville a également planté, en collaboration avec la Banque TD et Nature-Action, une centaine d’arbres au parc Victor-Brillon dans le cadre de la journée de l’arbre TD.

La Ville a aussi distribué des 380 pousses d’arbres à des citoyens et des finissants de l’école Polybel.

Indice de canopée en 2015

Belœil: 7,9 %
Mont-Saint-Hilaire: 48,9 %
Otterburn Park: 34 %
McMasterville:15,8 %
Saint-Basile-le-Grand : 10,9 %
Saint-Jean-Baptiste :15,6 %

Source: Communauté métropolitaine de Montréal, avril 2017

image