14 août 2019
Belœil en fleurs : des pouces verts à l’œuvre
Par: Sarah-Eve Charland

Une équipe d’une dizaine de personnes s’occupe de l’entretien des espaces verts et de l’horticulture. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Une équipe d’une dizaine de personnes s’occupe de l’entretien des espaces verts et de l’horticulture. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Une équipe d’une dizaine de personnes s’occupe de l’entretien des espaces verts et de l’horticulture. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Une équipe d’une dizaine de personnes s’occupe de l’entretien des espaces verts et de l’horticulture. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Une équipe d’une dizaine de personnes de la Ville de Belœil s’affaire à entretenir près de 300 espaces verts sur le territoire. Malgré l’ampleur de la tâche, la Ville estime que les efforts en valent la chandelle afin d’offrir un environnement coloré à l’image du développement durable.

De ces espaces, près de 150 sont dédiés àdes aménagements paysagers. Les autres endroits sont des espaces verts à entretenir notamment par la tonte de gazon. Au moment de consulter la population pour élaborer la planification stratégique, l’environnement et la plantation d’arbres sont sortis forts, affirme la mairesse Diane Lavoie. L’un des objectifs de la Ville consiste à augmenter son indice de canopée, qui correspond au couvert forestier.

« Les gens se rattachent à ça. Ça crée un lien d’appartenance pour les citoyens de voir leur ville qui est belle. Le nombre de courriels qu’on reçoit par rapport à certains endroits, pour nous dire que tel coin manque un peu d’amour. Les gens se réfèrent beaucoup à l’aspect visuel de leur ville », souligne Mme Lavoie.

Depuis l’adoption de la planification stratégique 2018-2028, la Ville a choisi de changer ses façons de faire en misant sur la plantation de vivaces au lieu de fleurs annuelles. L’objectif est de remplacer 25 % des annuelles par des vivaces afin d’en augmenter le nombre d’année en année. Cette année, cela correspond à 925 vivaces.

La mosaïque du logo de la Ville n’a pas encore été aménagée. Dans une vision de pérennité, Belœil change la mosaïque qui était composée de fleurs annuelles en une structure permanente où on y retrouvera des vivaces, des arbres et des graminées. Les employés sont en attente de la structure qui a été approuvée par le Comité d’embellissement et le conseil municipal. La mosaïque devrait être terminée cet automne.

« Tous les sites sont aussi importants les uns que les autres. La mosaïque n’a pas encore été faite. On parle de développement durable. Au lieu d’avoir une mosaïque qu’on change toutes les années, ce sera une mosaïque avec des plantes vivaces. […] Ce site sera permanent et n’aura pas besoin d’être modifié. Il y a un coût pour aménager la mosaïque, le temps aussi de tout faire l’aménagement de ce site. On a changé notre façon de faire », explique la mairesse.

En plus des trois jardins communautaires, dont le nouveau qui sera aménagé à l’école primaire Le Petit-Bonheur, Belœil a offert à la population des potagers urbains, installés dans des bacs, dans le Vieux-Belœil et sur la rue Larose. La Ville met ainsi à la disposition des citoyens des plants de légumes dans lesquels ils peuvent se servir dès que les légumes sont prêts à être cueillis.

Évaluation des Fleurons du Québec

Cette année, Belœil est évalué pour les Fleurons du Québec. Il y a trois ans, elle avait acquis une note de quatre fleurons sur une possibilité de cinq. Les Fleurons du Québec sont un programme de certification horticole pour les municipalités du Québec.

« Ce n’est pas uniquement la ville qui est évaluée, c’est le territoire de la ville, tous les gens qui gravitent autour, que ce soit les industries, les commerces, les résidents. On est aussi évalué sur ce que la Ville fait pour aider, notamment par nos programmes de subventions », ajoute Mme Lavoie.

Belœil offre plusieurs programmes de subventions touchant notamment l’agrile du frêne et la plantation d’arbres. Elle tient aussi des partenariats avec des organismes communautaires.

« On fait attention à nos parterres, il faut inciter les citoyens à travailler sur leur parterre. Le comité d’embellissement encourage ça. Pour nous, c’est important. Plus il y a de plantations d’arbres et d’aménagements paysagers, plus on contrôle les îlots de chaleur et les GES [gaz à effet de serre] et ainsi de suite. C’est du temps et de l’argent, mais en contrepartie, on a des gains au niveau de l’environnement », assure Diane Lavoie.

Toutes les opérations pour entretenir les espaces verts sur le territoire de Belœil représentent un budget de 380 000 $. La Ville consacre 30 000 $ pour l’achat d’arbres.

image