27 mai 2016
Arts martiaux mixtes : retour triomphal pour les frères Jourdain
Par: Denis Bélanger
Charles et Louis Jourdain.

Charles et Louis Jourdain.

Les combattants d’arts martiaux mixtes de Beloeil, Louis et Charles Jourdain, n’ont pas raté leurs débuts professionnels en sol québécois. Ils ont chacun remporté leur combat avant la limite lors d’un gala de la Ligue d’arts martiaux mixtes du Québec tenu le 21 mai à Sainte-Foy.

Charles Jourdain a impressionné bien des observateurs en l’emportant par K.-O. au  premier round contre Thomas Sumantri grâce à un solide coup de genou.  Un chroniqueur a même comparé Charles à Anthony Pettis, ancien champion des poids légers dans  l’Ultimate Fighting Championship (UFC). Louis Jourdain a pour sa part battu William Caron par soumission au 2e  round.

 

Ce sont des victoires qui font du bien pour les frères Jourdain qui ne s’étaient pas battus depuis belle lurette. Ils ont vu au cours de la dernière année plusieurs occasions s’envoler.

«J’avais une crainte que le combat soit annulé. La crainte est toujours présente quand tu fais un sport où les blessures sont courantes.  Mon dernier combat remontait à un an et demi. Je croyais que je serais rouillé, mais tout est bien sorti. Je me suis rendu compte aussi que la foule me manquait», dit Louis Jourdain.

De son côté, Charles a dû faire face à des changements d’adversaires.  «Il y a 4 combattants différents qui se sont défilés. Le nom de Sumantri, qui avait cinq combats pros derrière la cravate, m’a été soumis environ une semaine avant le gala. J’avais besoin de me battre. Mon dernier combat remontait à l’hiver 2015, disputé en Thaïlande.»

Louis Jourdain s’est dit très satisfait de sa performance. «Je n’ai pas laissé une seconde de  répit à mon adversaire, j’ai écouté mes coachs et j’ai gagné de façon impressionnante.»  «Louis a été solide techniquement»,  ajoute l’entraîneur des deux frères, Éric Bertrand du Prostar MMA de Mont-Saint-Hilaire.  

Pour ce qui est de Charles, son entraîneur est d’avis qu’il aurait pu se montrer moins agressif. «Il a donné des coups dans le vide qui auraient pu lui coûter le combat», ajoute Éric Bertrand.  «C’est vrai que j’aurais pu avoir un plus grand self-control», admet de son côté le combattant.

Éric Bertrand ne ménage toutefois  pas son enthousiasme à l’endroit de ses poulains. Il est d’avis que les frères Jourdain perceront un jour les rangs de l’UFC et succèderont ainsi à Georges St-Pierre et Patrick Côté en tant que têtes d’affiche québécoises de l’organisation. Bertrand aimerait bien leur permettre de s’entraîner aux États-Unis, notamment au Jackson’s  Martial Arts and Fitness Academy où sont passés plusieurs gros noms des arts martiaux mixtes, dont Jon Jones.

image