2 septembre 2021
Football
Anthony Gosselin a toujours le feu sacré
Par: Denis Bélanger

Anthony Gosselin

Anthony Gosselin d’Otterburn Park se sent comme un enfant dans un magasin de bonbons depuis que lui et ses coéquipiers du Rouge et Noir d’Ottawa de la Ligue canadienne (LCF) ont amorcé leur saison 2021 le 7 août. Il n’avait pas joué un match depuis le 11 novembre 2019.

Publicité
Activer le son

Gosselin et plusieurs autres joueurs de football canadien ont fait face à une attente interminable avant de renouer avec l’action. En effet, la LCF avait décidé vers la fin de l’été dernier d’annuler complètement la saison 2020 en raison de la pandémie de COVID-19. « Durant tous ces mois, il y a eu remise en question. Je me demandais si ça valait encore la peine de faire ces sacrifices. Avant même de disputer la première partie, la flamme s’est rallumée. Je n’avais pas juste faim pour des toasts. Là, c’est le fun, j’ai plus de responsabilités et je suis beaucoup plus utilisé à ma position naturelle de centre-arrière. »

Gosselin ressentait beaucoup de fébrilité à l’approche du premier match disputé à l’extérieur contre les Elks d’Edmonton (anciennement les Eskimos). « Avant le coup d’envoi du premier match, tu te dis que tu dois faire ton travail comme tout le monde. Mais j’avais hâte qu’on kick le maudit ballon pour qu’on puisse jouer au football. »

Un haut degré d’excitation entourait aussi le dernier match du Rouge et Noir samedi. Il s’agissait de son match inaugural à domicile. Gosselin avait évidemment bien hâte de jouer devant ses partisans, mais aussi devant sa famille. « Mon garçon n’était pas très vieux quand il a vu son dernier match. Maintenant, il est en mesure de comprendre plus ce qui se passe. »

Entre certitude et incertitude

Les équipes de la LCF ont entamé leur préparation au début de juillet. Le centre-arrière n’était pas inquiet durant le camp d’entraînement que la saison commence au début août comme les dirigeants de la ligue l’avaient annoncé. Mais il reconnaît maintenant que la quatrième vague l’inquiète pour la suite des choses. « Quand les camps ont commencé, la situation était en contrôle. Maintenant, les cas ont commencé à monter en flèche. Je fais ma part pour éviter que le virus rentre chez nous. Tout ce que nous pouvons faire est de nous concentrer et nous préparer pour le prochain match.»

Gosselin assure qu’il n’était pas trop rouillé à son retour au jeu. « Je n’ai jamais arrêté de m’entraîner durant la pandémie. La plus grosse lacune au début était de s’habituer à une grosse charge de travail. »

Tous les espoirs permis

Gosselin est d’avis que son équipe a beaucoup de potentiel pour cette saison, même si le Rouge et Noir n’est pas favori aux yeux de plusieurs experts. « Sky is the limit. On va dire de notre équipe qu’elle n’est pas complète. Nous aimons ça être dans le rôle des négligés. Je pense que nous avons une des meilleures unités défensives, de même que nos unités spéciales. Nous avons une attaque jeune. »

Rien n’est effectivement joué dans la division Est. Le Rouge et Noir, les Tiger-Cats de Hamilton et les Alouettes de Montréal ont une fiche identique d’une victoire et deux revers. Cette triple égalité prendra fin vendredi prochain alors qu’Ottawa accueillera à domicile les Alouettes de Montréal. Notons que les détenteurs du premier rang, les Argos de Toronto, n’ont décroché qu’une seule victoire de plus que tous leurs autres rivaux de division.

image