11 octobre 2016
Zone A-16 : l’ACMSH propose un développement pensé autrement
Par: Denis Bélanger
Zone A-16 : l'ACMSH propose un développement pensé autrement

Zone A-16 : l'ACMSH propose un développement pensé autrement

Devant l’arrivée éventuelle d’un nouveau développement résidentiel dans le secteur du chemin de la Montagne (zone A-16), l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) propose notamment de racheter le Verger Sullivan-Raymond et de favoriser l’agriculture urbaine dans le secteur.

L’ACMSH est consciente que le statut quo n’est pas une option, mais tient à ce que le développement ne soit pas uniquement résidentiel. Qualifiant le secteur d’agrotouristique, le groupe suggère également d’aménager un centre de l’histoire de Mont-Saint-Hilaire ou de l’histoire de la pomme, ainsi qu’un établissement d’hébergement. Le groupe a d’ailleurs déposé un mémoire contenant sa vision dans le cadre des consultations publiques sur le plan d’urbanisme durable (PUD).

 

Pour ce qui est de la densité proposée, l’Association ne lance pas de chiffres immédiatement, soutenant vouloir le déterminer collectivement. Chose certaine, on rejette la densité de 21 unités l’hectare en aire hors TOD.

«Ça pourrait être de l’unifamilial, comme on retrouve déjà dans le coin, ajoute la présidente de l’ACMSH, Carole Blouin. On parle aussi dans le secteur d’un projet de développement commercial. Mais c’est étroit. Et ce n’est pas vrai qu’en mettant des commerces de proximité, on va diminuer l’utilisation de l’automobile. Ce ne sera pas un IGA, une SAQ ou une Caisse. On va avoir encore besoin énormément d’aller dans le centre-ville.»

L’ACMSH réitère son souhait d’obtenir un statut particulier pour la zone A-16.  «On veut participer à la solution. On demande un statut particulier et on appuie le maire dans sa démarche d’obtenir ce statut, renchérit Mme Blouin. Il y a une dimension patrimoniale qui va de chaque côté de la montagne. On dit que c’est du patrimoine de paysage qu’il faut conserver.»

Le souhait de l’ACMSH risque de se concrétiser. Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, a annoncé récemment que la densité dans le secteur serait réduite et qu’un plan particulier d’urbanisme serait adopté. Une annonce détaillée à cet effet est attendue pour le mois de novembre.

Pas convaincus

@R:Mais les propositions du groupe de citoyens ne séduisent pas deux des propriétaires des terrains. Dominique Nègre (Gestion Henri-Nègre) et Jean-Maurice Raymond (Verger Sullivan-Raymond) estiment que les lots concernés ne sont plus appropriés pour l’agriculture. Jean-Maurice Raymond voit aussi peu d’avenir pour son verger, dont environ 30% de la superficie est utilisé, selon lui. «J’ai deux personnes extrêmement dynamiques qui tentent de le faire fonctionner. Mais mon verger est enclavé et nous avons des problèmes de moustiques. Il est de plus entouré d’arbres qui ne sont pas arrosés.»

Ils estiment peu souhaitable et viable la réduction de la densité dans la zone A-16.  Ils veulent également à tout prix éviter d’emprunter les voies légales ou de vendre leurs terrains au plus offrant.

 «À 10 unités à l’hectare, ça serait l’équivalent de la Pommeraie. Plusieurs sont d’accord pour dire que les terrains sont grands ou trop grands», souligne M. Raymond. «Qui alors aurait vraiment les moyens de s’installer là?», ajoute Mme Nègre.

image