6 novembre 2019
Première entrevue avec le journal
Yves-François Blanchet énonce ses priorités pour la région
Par: Sarah-Eve Charland
Le député de Belœil-Chambly, Yves-François Blanchet.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le député de Belœil-Chambly, Yves-François Blanchet. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le député nouvellement élu dans Belœil-Chambly, Yves-François Blanchet, affirme avoir bien compris le mandat que les électeurs lui ont donné le 21 octobre dernier. Autant au niveau national, mais surtout au niveau local, où il compte se lancer dans des dossiers de transport en commun, de protection de la rivière Richelieu, de la tour Telus et de la compensation promise aux agriculteurs.

« Localement, c’est très émouvant. J’étais sincère dans mon désir d’être ici. C’était mon choix. Ça me tentait d’être dans la circonscription. D’avoir été élu avec une majorité de 19 000 voix, j’avais le souffle coupé. On va se comporter en conséquence. »
Pour le moment, il compte reprendre le bureau de circonscription du député sortant Matthew Dubé, situé à Chambly. Il se prépare à composer son équipe et il entrera en contact avec des acteurs régionaux qu’il n’avait pas pu rencontrer durant la campagne électorale.

Des dossiers bien en main
Il compte aussi s’entretenir avec M. Dubé pour la passation des dossiers. Parmi les dossiers qu’il souhaite reprendre en main, il y a celui de la tour Telus à Otterburn Park.
« Il y a des chances raisonnables que même Telus n’insiste pas pour aller plus loin. La vraie histoire n’a jamais été ce que la compagnie a dit. La compagnie a déjà accès aux antennes de Bell dans la région pour l’ensemble de son rayonnement. C’est plus de ne plus être tributaire du concurrent qui était l’enjeu réel. Il va falloir travailler en fonction de ce que sont les intérêts et la volonté des gens de la circonscription que plutôt ceux d’une grande entreprise qui ne s’intéresse pas à l’aspect paysage de la chose. »
L’un des dossiers qu’il chérit est celui du transport en commun. Il estime que les citoyens de la circonscription ne sont pas suffisamment desservis. Il suggère notamment une augmentation de la fréquence des trains sur l’axe de la 116 comme le proposerait une étude dont il doit prendre davantage connaissance.
« La croissance démographique du secteur est considérable. […] Il faut anticiper ce qui s’en vient dans les tendances lourdes. […] Le fédéral n’a pas juridiction en matière d’équipement de transport collectif. Sauf que le fédéral détient une partie des sommes nécessaires à la mise en place d’équipement de transport. Notre travail est de dire : envoie l’argent à Québec qui s’entendra avec les municipalités sans mettre de condition dans un champ de compétence qui n’est pas le tien. La base est là. »
Toutes les circonscriptions longeant la rivière Richelieu ont élu un député du Bloc québécois, un avantage considérable pour poursuivre les démarches du député de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères, Xavier Barsalou-Duval. Ce dernier a déposé une requête visant à règlementer la vitesse des embarcations à moteur et les types d’activités praticables sur le cours d’eau.
« On est capable d’agir de façon concertée. De partir de l’initiative que Xavier Barsalou-Duval a développée et d’être capable d’étendre la démarche à la partie de la rivière dans Beloeil-Chambly et dans Saint-Jean. Ça va être un gros avantage », souligne-t-il.
Le chef de parti poursuit en promettant que le Bloc québécois ne voterait en faveur d’aucun budget à moins que les compensations de 3,9 milliards de dollars promis aux agriculteurs ne se réalisent. Cette somme avait été promise après la signature des accords de libre-échange Transpacifique et Canada-Europe.
« C’est une condition pour voter pour le budget. On a trois conditions : les transferts en santé, le versement des compensations pour les deux premiers traités de libre-échange et l’amélioration du pouvoir d’achat des aînés tel qu’on en a fait la proposition dans notre campagne électorale. »

À la fois chef de parti et député
Ses responsabilités de chef du parti du Bloc québécois ne réduiront pas sa présence dans la circonscription. M. Blanchet assure qu’il sera présent au moins une journée par semaine dans la circonscription à l’instar des autres députés. Il voit même des avantages pour les citoyens de la région.
« Comme n’importe quel député, ça ne sera pas moins. J’ai l’avantage que je contrôle mes horaires. Le whip ne peut pas me dire quoi faire ou ne pas faire. Quand je décide que je m’en viens dans mon comté, je m’en viens dans mon comté. […] J’ai mon appartement à Chambly. Le niveau de présence sera au moins équivalent à celui des autres députés avec l’avantage bien sûr que, lorsque je mets le poids du député, et bien, c’est le poids de tout le parti politique qui embarque dans le dossier », mentionne-t-il.

image