18 août 2021
Yves-François Blanchet déterminé à conserver Beloeil-Chambly
Par: Denis Bélanger
Yves-François Blanchet sollicite un deuxième mandat en tant que député fédéral. Photothèque | L’Œil Régional ©�

Yves-François Blanchet sollicite un deuxième mandat en tant que député fédéral. Photothèque | L’Œil Régional ©

Les élections fédérales ont été déclenchées dimanche et les Canadiens se rendront aux urnes le 20 septembre. Le député sortant de Belœil–Chambly et chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a entrepris sa tournée du Québec, mais assure qu’il sera régulièrement de passage dans son propre comté.

Publicité
Activer le son

« Je serais présent chaque semaine. Nous avons des événements prévus pour la circonscription, mais les dates demeurent à être déterminées. Nous garderons aussi la tradition d’avoir notre bureau de campagne à Belœil », commente M. Blanchet en entrevue accordée à L’Œil Régional.

Le candidat bloquiste est satisfait des réalisations sur le plan local de son équipe et lui depuis près de deux ans. Il sollicite la confiance des électeurs pour un deuxième mandat à la Chambre des communes pour poursuivre la lancée. « Le dossier de la tour Telus s’est soldé par un verdict favorable pour le milieu. Le dossier de la rivière Richelieu progresse à grands pas. Nous avons aussi rapatrié notre monde qui était à l’extérieur au début de la crise sanitaire. »

Yves-François Blanchet a l’intention de participer à un débat local, en souhaitant qu’il soit inclusif et qu’il n’y en ait qu’un seul. En 2019, en raison d’un conflit d’horaire, M. Blanchet avait raté le débat organisé à Mont-Saint-Hilaire par la Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR). Il avait été remplacé à la joute oratoire par la candidate du Parti populaire du Canada, qui avait cette année-là un député à Ottawa – son chef Maxime Bernier – à la dissolution de la chambre. « C’est aux organisateurs de décider qui inviter aux discussions. La crédibilité d’un tel exercice peut toutefois être diminuée si on invite des partis marginaux. »

M. Blanchet a ramené le 21 octobre 2019 Belœil–Chambly dans le giron bloquiste après huit années de représentation néo-démocrate avec 50,5 % des voix. L’élu ne se fixe pas d’objectif d’augmenter cettestatistique. « C’est aux électeurs de décider. Je suis content qu’ils m’aient accordé leur confiance en 2019 en si grand nombre. Ce serait mal placé de ma part d’exiger plus. »

Une campagne différente et inacceptable
M. Blanchet entreprend sa cinquième campagne électorale au total. Celle de 2019 s’était distinguée des autres, car il s’agissait de sa première comme chef de parti. Celle-ci sera encore plus différente que les autres en raison de la COVID-19. « Ça rend les choses plus difficiles. En campagne électorale, il y a de la camaraderie et des accolades. Nous devons être très prudents pour respecter les règles. Le nombre de personnes aux rassemblements est aussi limité. »

Le chef bloquiste assure qu’il mènera une campagne rigoureuse sur le plan du respect des mesures sanitaires. « Nous respecterons la distanciation d’un mètre. Nous serrons les coudes [au lieu de la poignée de main]. Et il faut être doublement vacciné pour avoir accès à l’autobus de campagne. »

Le député sortant de Belœil–Chamblyréitère aussi que le premier ministre Justin Trudeau a commis un geste irresponsable en « lançant ces élections dont les Québécois ne veulent pas, en pleine quatrième vague et au risque de la santé de la population ». « Justin Trudeau fait du parage électoral en annonçant la vaccination obligatoire pour les fonctionnaires fédéraux. C’est de l’ingérence, car les mesures sanitaires relèvent de la compétence provinciale. »

image