7 juillet 2021
Yves Deshaies saute aussi dans la course
Par: Vincent Guilbault
Yves Deshaies tentera de saisir le siège de maire à Beloeil aux prochaines élections municipales.
Photo Robert Gosselin | L'Œil Régional ©

Yves Deshaies tentera de saisir le siège de maire à Beloeil aux prochaines élections municipales. Photo Robert Gosselin | L'Œil Régional ©

Après avoir passé les derniers mois à se battre contre la venue d’un projet de développement résidentiel sur le terrain du Golf Beloeil, Yves Deshaies a décidé de prendre la tête du Parti des citoyens et de tenter sa chance à la mairie de Beloeil.

Publicité
Activer le son

M. Deshaies s’était déjà présenté en 2017 comme candidat dans le district 7, pour la même formation politique, alors dirigée par le candidat à la mairie Rémi Landry. Le nouveau candidat à la mairie veut présenter une équipe complète de candidats pour les élections de novembre prochain.

Résident de Beloeil depuis plus de 30 ans, M. Deshaies a travaillé dans le milieu municipal depuis autant d’années. Avec l’accord de sa famille, il entend se consacrer à la tâche de maire à temps plein. Il se décrit comme une personne profondément respectueuse de l’intégrité professionnelle. « Il n’y a aucune ambiguïté avec moi; j’enligne mes babines avec mes bottines. Et j’aime le travail d’équipe », dit-il.

Rencontres citoyennes
La priorité du candidat est de rétablir un dialogue entre les élus et les citoyens, qui a été endommagé pendant la pandémie, croit-il. « On est isolés de notre conseil de ville depuis maintenant plus d’un an. Il faut rétablir ce contact entre les élus et les citoyens. Il y a urgence d’établir ce contact. »
Le candidat souhaite d’ailleurs que les autres partis politiques et le sien puissent aller à la rencontre des électeurs dans le cadre de rencontres citoyennes, dont la formule n’a pas encore été définie. Il invite officiellement les autres partis à accepter de participer à ces rencontres, qui pourraient prendre la forme d’un panel de discussion avec les citoyens, et non pas nécessairement un débat.

Golf
Celui qui s’est battu pour la création d’un parc nature sur le terrain du golf à Beloeil pense que la décision de la Ville de refuser le changement de zonage était la seule possible, même si elle a été prise beaucoup trop tard, en mars dernier. Selon lui, les élus en place n’avaient pas le mandat de négocier un changement de zonage pour permettre au Club de bâtir un projet domiciliaire.

Ce mandat des citoyens, les prochains élus devront l’obtenir de la population par les élections. La question du Golf devra donc faire partie des enjeux de la campagne électorale. « Pour tous les candidats, c’est un dossier toujours vivant. Nous sommes toujours en faveur d’un parc, mais il faut respecter la situation actuelle; c’est un golf qui vit, qui fonctionne, et on doit respecter le golf et ses joueurs. Il serait maladroit d’annoncer autre chose. » Toutefois, il affirme que jamais son parti ne serait ouvert à une modification de zonage pour permettre des projets résidentiels.

S’il ne dévoile pas tout de suite son programme électoral, Yves Deshaies veut mettre de l’avant les valeurs de l’intégrité et du respect du citoyen. « Le respect du citoyen est la pierre d’assise de notre parti », clame-t-il.

L’urbaniste de métier pense aussi que la Ville de Beloeil aurait pu mieux se développer. « Ce qui m’amène à me présenter, visiblement, c’est que dans les 20 dernières années, nous avons manqué des opportunités de faire de beaux projets publics. Si on regarde McMasterville, sur la rue Constable, il y a là un environnement institutionnel et public extraordinaire : une école primaire et secondaire, un CPE, une piscine, un terrain de soccer, une patinoire, un hôtel de ville. Ils ont réussi à éveiller leur environnement. Comment comprendre qu’en 20 ans, à Beloeil, nous n’ayons pas réussi ça? »

Yves Deshaies doit officialiser sa candidature dans les prochains jours. Il est le cinquième candidat à vouloir le siège de maire, avec Diane Lavoie (Équipe Diane Lavoie – Beloeil gagnant), Nadine Viau (Oser Beloeil – Équipe Nadine Viau), Luc Cossette (Beloeil, c’est nous!) et Réginald Gagnon, qui n’a pas encore dévoilé de nom de parti.

image