15 septembre 2021
Un logement deux fois plus cher
Yves Dalpé doit quitter un logement à prix abordable
Par: Denis Bélanger

Yves Dalpé

Une bien mauvaise nouvelle est tombée sur la tête d’Yves Dalpé. Il doit quitter son deux et demi à Mont-Saint-Hilaire dont le bail s’élevait à un peu plus de 400 $ par mois. Il a réussi à trouver un autre logement, mais qui coûte le double du prix.

Publicité
Activer le son

M. Dalpé habitait un appartement de la rue Messier depuis 2015. Il doit faire ses valises, car le bâtiment comprenant plusieurs logements a été vendu aux Habitations Raymond Guay. Cette dernière entreprise souhaite démolir l’immeuble dans le cadre d’un projet de redéveloppement. M. Dalpé ne peut toutefois donner trop détails sur les négociations d’entente avec les nouveaux propriétaires pour une raison de confidentialité.

« C’est une situation très stressante et désagréable à vivre. Je vais faire mon possible pour combler ce trou créé dans mon budget en raison de cette augmentation. Heureusement, j’ai collé assez d’argent pour être capable d’absorber la situation pendant un an. Après, je vais devoir trouver une opportunité pour me loger sur une base permanente. »

Yves Dalpé s’est trouvé un toit temporaire situé à 35 minutes de sa demeure et qui lui coûterait près de 800 $. « Là, au moins, j’ai une quiétude pour un certain temps. Je n’ai pas eu le choix de trouver une solution et de réaligner mes affaires. C’est tout un timing avec la pandémie et le prix des maisons qui augmente en flèche. »

Il regarde activement pour acheter une propriété, mais les options à sa portée sont limitées et partent rapidement. «J’avais repéré un jumelé sur Du Proprio à Sorel-Tracy à un prix de 90 000 $. J’aurais pu louer un logement, ce qui m’aurait fourni un revenu et diminué le coût de mon propre loyer. La propriété a toutefois trouvé rapidement preneur. Étant seul, je ne peux rien acheter en haut de 125 000 $. »

Le quadragénaire se doutait bien que la propriété de son logement serait éventuellement vendue. Il a été mis au courant à la fin juin qu’une transaction était survenue, soit peu de temps avant de s’envoler pour le secteur de la Baie-James pour y occuper un emploi temporaire pour Statistique Canada. Il n’a finalement pas terminé son mandat prévu pour six semaines et est revenu chez lui pour régler les choses. « J’avais avisé mon employeur en arrivant là-bas que c’était une possibilité que je reparte rapidement. Je ne pouvais signer et régler les papiers à distance avec les nouveaux propriétaires. J’estime avoir perdu 8000 $ en revenu, car je suis parti plus tôt. »

Le projet suit son cours

Le 125-127, rue Messier doit être démoli pour permettre la réalisation d’un projet intégré à la bâtisse d’en arrière situé au 120, rue Martel. Le projet comprendrait l’ajout de six petites résidences unifamiliales isolées. Le mécanisme réglementaire choisi pour ce projet est l’adoption par la Ville d’un plan particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI). Ce projet sera toutefois soumis à un processus d’approbation référendaire. L’avis public à cet effet devrait être publié prochainement alors que la Municipalité a adopté une résolution sur le sujet lors de la séance du conseil de ville de Mont-Saint-Hilaire du 7 septembre.

Ce projet ne fait pas l’unanimité. Deux citoyens, Carole Vivier et Jean-François Meilleur, ont écrit à L’Œil Régional pour critiquer le projet. Ils ont peur que cela crée un précédent pour avoir du « n’importe-quoi » dans le secteur et estiment que la Ville aurait pu acquérir le site pour accueillir un espace public. La démolition du bâtiment obligera un autre citoyen à se relocaliser.

Le projet intégré sera adjacent à un ensemble de cinq résidences unifamiliales contiguës. Ces dernières sont exclues du PPCMOI et sont plutôt reliées à une modification de zonage du secteur.

L’Œil Régional a tenté d’obtenir des commentaires des Habitations Raymond Guay, mais aucun représentant n’a été en mesure de rappeler le journaliste au moment de mettre sous presse.

 

[Note de la rédaction : Ce texte a été modifié depuis sa parution originale.]

image