17 février 2021
Yves Corriveau veut garder la mairie de Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger

Yves Corriveau.

Malgré un deuxième mandat mouvementé, marqué entre autres par la scission de son parti, le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, sollicitera à nouveau la confiance des électeurs en novembre prochain. Il compte également présenter une équipe complète.

Publicité
Activer le son

Le climat politique au conseil municipal de Mont-Saint-Hilaire est tendu depuis juillet 2019 alors que les cinq conseillers municipaux du parti de M. Corriveau ont claqué la porte de la formation à la suite du voyage au Burundi du maire. Cinq conseillers ont même été jusqu’à réclamer la démission du maire.

M. Corriveau affirme avoir changé d’avis plusieurs fois avant de décider de rester en politique. « Je me suis remis en question. Toutefois, les citoyens que j’ai rencontrés durant ces moments ont été ma force et ma raison de revenir. Mon épouse a aussi été une inspiration pour moi, car elle a insisté pour que je ne baisse pas les bras. Je reviens en force. »

En pleine confiance

Le maire Yves Corriveau est persuadé de remporter les prochaines élections. « Ça va être ma sixième élection municipale [les trois autres étant comme conseiller] et j’ai toujours gagné. Je ne me lancerais pas dans cette course si je savais que je perdrais. »

Cette confiance ne s’amenuise pas même si on lui rappelle que plusieurs sujets controversés ont été soulevés publiquement à son égard. Outre l’épisode de son voyage au Burundi, M. Corriveau s’est attiré des plaintes à la Commission municipale du Québec (CMQ) de la part de ses collègues pour avoir insisté pour appeler les aînés du district 5 le printemps dernier alors qu’une élection partielle se pointait à l’horizon. Il a aussi fait l’objet d’une plainte pour intimidation et harcèlement de la part de Brigitte Minier après que cette dernière eût notamment reçu une mise en demeure de la part du maire. Dans les deux cas, la CMQ n’a toutefois pas retenu la plainte.

Ajoutons qu’en novembre dernier, il a été confirmé que le maire avait effacé des échanges courriel et par texto avec le promoteur de la rue Saint-Georges, geste qu’il avait qualifié d’accidentel. Les données avaient toutefois été récupérées par la suite. Le projet de la rue Saint-Georges a lui-même soulevé une certaine grogne au sein de la population.

« Quand je parle à la population, ce ne sont pas ces dossiers qu’ils retiennent. Ils se rappellent ce que la Ville a fait toutes ces années ainsi que le compte de taxes. […] Pour Saint-Georges, c’est une minorité de gens qui était contre le projet, j’en suis sûr. Du côté du Burundi, c’est réglé et c’est dans le passé. »

Une équipe complète

Yves Corriveau assure avoir déjà recruté tous ses candidats pour la prochaine élection, soit trois hommes et trois femmes. Rappelons que le printemps dernier, M. Corriveau n’avait pas réussi à trouver un candidat pour représenter son parti Avenir Hilairemontais à l’élection partielle qui devait avoir lieu pour le district 5. Ce scrutin a finalement été annulé en raison de la COVID-19. « Je suis enfin content d’avoir la parité que je rêvais d’avoir depuis longtemps. Ce sont des gens de bonne qualité avec des expertises différentes. Ils ont aussi à cœur la ville de Mont-Saint-Hilaire. J’ai très hâte de travailler avec cette équipe. »

M. Corriveau refuse pour l’instant de dévoiler le nom de ces nouveaux candidats pour des raisons de stratégie de communication. « Ça serait audacieux de ma part d’avancer que j’ai la parité si ce n’était pas vrai. Là, on met l’accent sur le fait que je me représente. » Mentionnons qu’en 2017, le maire Yves Corriveau n’avait présenté son équipe complète qu’au mois de mai.

Il espère que son troisième mandat en sera un de la relève. « J’avais dit en 2013 que je voulais faire au moins trois mandats. Si on développe la relève, je pourrais laisser ainsi la place à quelqu’un d’autre. »

Résultats électoraux précédents

Aux dernières élections municipales de 2017, Yves Corriveau avait obtenu 55,42 % des voix, avec 3695 votes. Il avait ainsi amélioré sa récolte d’appui de plus de 1000 votes vis-à-vis de 2013 où il avait obtenu 33,69 % (2326 voix) du suffrage. À chacun des deux scrutins, trois autres candidats avaient également brigué la mairie.

De plus, le parti Avenir Hilairemontais avait réussi à faire élire cinq conseillers sur six en 2013 ainsi qu’en 2017. Notons que pour la dernière élection, un des membres de l’équipe du maire avait été élu par acclamation.

image