27 mai 2016
Xavier Bernard a failli jouer pour les Gaulois
Par: Denis Bélanger
Xavier Bernard.

Xavier Bernard.

Qui sait quels sommets auraient pu atteindre cette saison les Gaulois d’Antoine-Girouard (Saint-Hyacinthe) de la Ligue de hockey Midget AAA du Québec s’ils avaient pu compter sur les services du défenseur Xavier Bernard. Le destin aura toutefois voulu que sa famille quitte Mont-Saint-Hilaire pour déménager à Mercier à des fins professionnelles.

L’arrière des Grenadiers de Châteauguay cette saison risque d’être repêché très tôt au prochain repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). La Centrale de soutien au recrutement du circuit Gilles Courteau le classe au 12e rang total des espoirs.

À en croire plusieurs observateurs, il serait surprenant de le revoir la saison prochaine dans le midget AAA. Il faut dire qu’il est déjà avantagé par son physique, pesant environ 190 lb et mesurant 6’3 ». De plus, il a eu ses 16 ans en janvier dernier. «C’est un joueur qui a une grande maturité sur tous les points de vue», remarque Pierre Cholette, recruteur-chef des Tigres de Victoriaville.

«Il a connu une belle progression. Il a aussi le talent et le physique. Les joueurs qui possèdent ces atouts percent habituellement le circuit», ajoute de son côté le dépisteur-chef des Voltigeurs de Drummondville, Luc Dagenais.

Marc-André Ronda qui a été son entraîneur l’an dernier dans les rangs bantam AAA n’est pas surpris de le voir attirer les projecteurs des clubs juniors.  Ronda a d’ailleurs eu l’occasion de voir à l’œuvre son ancien protégé, ayant été promu cette année à un poste d’adjoint dans le Midget AAA avec les Gaulois.

 «C’est un défenseur efficace en défense et à l’offensive. Il a une bonne vision du jeu. C’est un joueur qui est capable de faire la différence. C’est un des quelques joueurs de 16 ans qui est capable de percer les rangs juniors l’an prochain.»

 Il s’adapte à toutes situations

Xavier Bernard a passé les trois précédentes saisons au sein de la structure des Gaulois, dans le pee-wee et le bantam. Ça n’a pas été trop difficile pour lui de s’adapter à un nouvel environnement, ayant changé d’école une dizaine de fois. «C’est sûr que le premier match que j’ai joué cette saison contre les Gaulois j’étais excité vu que je connaissais des joueurs. Mais après, c’est devenu des matchs comme les autres.»

Beaucoup de promesses peuvent toutefois être synonymes de pression. De son côté, Xavier estime demeurer zen devant la situation. «Le hockey est le plus beau sport au monde. Ça ne sert à rien de se stresser.»

Xavier Bernard a commencé à patiner à l’âge de 5 ans dans des circonstances hors de l’ordinaire. «Quand j’étais jeune j’habitais un petit village, Sainte-Anne-de-Sabrevois. Il y avait un très grand champ et à un moment il y a eu de l’eau. Ça a gelé et j’ai fait mes premiers coups de patins», ajoute le jeune homme qui compare son style notamment à  Marc-Édouard Vlassic des Sharks de San Jose qui commet très peu d’erreurs avec la rondelle.

image