30 juillet 2015
Vers un nouvel organisme en développement économique?
Par: L'Oeil Régional
Le préfet de la MRC Vallée-du-Richelieu et maire de McMasterville, Gilles Plante.

Le préfet de la MRC Vallée-du-Richelieu et maire de McMasterville, Gilles Plante.

Le président de la CCIVR Martin Girard

Le président de la CCIVR Martin Girard

ÉCONOMIE. La chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR) prépare une offre à l’endroit de la MRC de la Vallée-du-Richelieu pour la création d’un nouvel organisme de développement économique dans la région, confirme le préfet et maire de McMasterville, Gilles Plante.

«Il n’y a rien d’officiel. On les a rencontrés une couple de fois», précise M. Plante, qui ajoute que les fonctionnaires analysent ce projet, dont du point de vue légal au niveau du ministère des Affaires municipales.

Le nouvel organisme ne viendrait ni remplacer le centre local de développement de la Vallée-du-Richelieu (CLDVR), ni entrer en compétition avec celui-ci. «Ce serait conjoint avec la MRC» et complémentaire au CLDVR, indique M. Plante.

La CCIVR s’est récemment inscrite au registre des lobbyistes du Québec afin de pouvoir faire des représentations auprès de certaines Villes et de la MRC, comme l’exige la loi.

Le mandat de la CCIVR, inscrit dans le sommaire d’inscription du registre, est d’exercer de la «représentation pour l’attribution éventuelle d’un contrat de […] gestion d’un organisme de développement économique régional et gestion d’un incubateur pour le démarrage d’entreprises de la région.»

La CCIVR est toujours à l’étape des discussions, informe aussi son président, Martin Girard. «On est effectivement à voir avec la MRC comment la chambre de commerce pourrait jouer un rôle au niveau économique en partenariat avec la MRC.»

La CCIVR réfléchit également à l’idée de créer un incubateur pour le démarrage d’entreprises. Il pourrait s’agir, par exemple, de louer des pieds carrés et faire des start-ups afin d’amener de la relève et de nouvelles entreprises dans la région, explique M. Girard.

Offre du CLDVR

Le CLDVR pourrait aussi probablement envoyer une offre de service à la MRC, mentionne Gilles Plante.

Rappelons que la signature, en novembre dernier, du pacte fiscal transitoire avec les municipalités est venue transférer aux MRC des responsabilités liées au développement économique local et au soutien à l’entrepreneuriat avec un budget réduit.

Le financement du CLDVR provient ainsi maintenant en majorité de la MRC.

Il n’est pas question de fermer le centre, affirme M. Plante. «On pourrait garder l’organisme de la même façon qu’il opère là, sauf qu’il va avoir moins de budgets. On va regarder toutes les avenues.»

La MRC devrait prendre une décision au cours de l’automne quant aux deux offres de service.

image