31 août 2017
Vélos électriques à Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger
Yves Corriveau sur un vélo électrique.
Photo: Denis Bélanger

Un maximum de 24 usagers du train de banlieue pourra cet automne tester un vélo électrique afin de se rendre à la gare de Mont-Saint-Hilaire, du 21 septembre au 20 novembre. Le projet pilote de Vélo-Transit vise à évaluer l’utilisation de vélos à assistance électrique.

Deux types de vélos seront disponibles: le modèle «travailleur», doté d’un moteur-roue et offrant une aide pouvant aller jusqu’à 100 % et le modèle «travailleur-actif», muni d’un moteur pédalier qui offre une aide partielle. Le vélo électrique permettra aux utilisateurs d’arriver à la gare sans sueur.
Les intéressés ont jusqu’au 5 septembre pour s’inscrire via le site internet de Vélo-Transit. Tous les participants pourront essayer chacun des deux vélos pendant une semaine chacun. Ils devront débourser 25 $ pour les assurances et devront remplir un questionnaire/sondage. Ils participeront ensuite à̀une discussion collective sur leur expérience.
Le projet-pilote, mis en œuvre par la firme Groupe Alliance de Carignan (Vélo-Transit), est coordonné par Équiterre. De son côté, Mont-Saint-Hilaire fournira un local à la gare pour entreposer les vélos. Le projet sera mis en place ailleurs, mais celui de Mont-Saint-Hilaire est le seul qui s’adresse à l’ensemble de la population et qui s’inscrit au volet «complémentarité au transport en commun». Les neuf autres organisations et municipalités participantes dans la région métropolitaine prêtent les vélos à leurs employés pour analyser les déplacements vers le travail.
C’est Vélo-Transit qui a approché Mont-Saint-Hilaire. «Il y avait notamment ici une problématique de stationnement, a expliqué Jean-Marc Blais, vice-président exécutif chez Vélo-Transit. De plus, c’est une fin de ligne de transport collectif et c’est quelque chose qu’on pourrait répéter pour tous les derniers arrêts de ligne de métro ou de train».

image