23 février 2018
Troupe du théâtre des deux rives
Variations énigmatiques en toute intimité
Par: Olivier Dénommée
Frédérique Brault et Claude Leroux ont déjà présenté Variations énigmatiques à deux reprises à Sherbrooke, et sont fin prêts pour les quatre performances belœilloises.
Photo: François Larivière

Frédérique Brault et Claude Leroux ont déjà présenté Variations énigmatiques à deux reprises à Sherbrooke, et sont fin prêts pour les quatre performances belœilloises. Photo: François Larivière

La Troupe du théâtre des deux rives de Belœil, fondée en 1966, parvient à surprendre année après année par la qualité de ses performances. Cette troupe de théâtre amateur a mis la barre encore plus haute pour sa saison 2017-2018, travaillant sur trois productions plutôt que deux, dont la première sera présentée dès le 24 février.

La troupe s’attaque cet hiver à du Éric-Emmanuel Schmitt, avec sa pièce Variations énigmatiques, écrite en 1996. Mise en scène par Stéphane Paul, cette pièce intimiste met en vedette Frédérique Brault et Claude Leroux, deux vétérans de la troupe, respectivement dans les rôles de l’écrivain Abel Znorko et du journaliste Erik Larsen. Le thème principal de cette rencontre est leurs visions très différentes de l’amour. «On se demande ce que c’est d’être auteur et ce qu’est la vérité, mais surtout, on se demande ce qu’est l’amour», explique Frédérique Brault. Plusieurs «points de chute» viennent ponctuer cette pièce, changeant du même coup les perceptions du public par rapport à certaines facettes de l’histoire. Les deux acteurs admettent que le fond de l’histoire est sérieux, mais que «de beaux moments viennent alléger le tout».
Un défi
Présenter Variations énigmatiques est un vieux rêve pour Frédérique Brault, qui tenait à tenter l’aventure avec M. Leroux. Ce dernier a trouvé difficile d’apprendre l’imposant texte, mais aussi de ne pas se laisser affecter par le personnage condescendant de Znorko. «C’est un être exécrable, je dois me retenir de ne pas l’envoyer promener!», rigole-t-il. Interpréter le personnage de Larsen était un autre défi pour lui. «Cela m’a pris beaucoup de temps avant d’arriver à bien camper mon rôle», admet-il.
La pièce est présentée dans l’intimité de la Maison Villebon, les 24 et 25 février et les 3 et 4 mars (19h30 le samedi et 14h le dimanche), et voyage même dans d’autres villes du Québec. Deux performances sherbrookoises la fin de semaine dernière se sont mérité les louanges du directeur général de la Fédération québécoise du théâtre amateur.
Il ne reste que quelques billets pour les représentations belœilloises. Il est possible de réserver ses places au 450 446-1228 ou sur le site www.theatredesdeuxrives.org. Deux autres pièces suivront en avril et en juin.

image