24 août 2015
«Une voix pour le Québec à Ottawa!»
Par: L'Oeil Régional

De passage dans la circonscription Longueuil — Saint-Hubert, le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe assure que ses candidats dans la Montérégie «redonneront une voix pour le Québec à Ottawa».

Publicité
Activer le son

 «Depuis quatre ans, c’est silencieux. Il n’y a pas grand monde qui parle pour la Montérégie. On a tous intérêt à prendre notre place, à ne pas s’effacer», a adressé le chef bloquiste à une foule compacte de militants lors d’un rassemblement à la Marina de Longueuil, le 19 août.

Ainsi, Yves Lessard (Beloeil — Chambly), Suzanne Lachance (Brossard —Saint-Lambert), Sophie Stanké (Châteauguay— Lacolle),Christian Picard (La Prairie), Philippe Cloutier (Longueuil —Charles-Le Moyne), Catherine Fournier (Montarville), Xavier Barsalou-Duval (Pierre-Boucher – Les Patriotes — Verchères), Michel Filion (Saint-Hyacinthe), Denis Hurtubise (Saint-Jean), Claude DeBellefeuille (Salaberry — Surois), Vincent François (Vaudreuil — Soulanges), Jocelyn Beaudoin (Shefford) et Denis Trudel (Longueuil — Saint-Hubert) défendront les couleurs du Bloc québécois dans la région.

M. Duceppe s’est dit fier de son équipe à travers le Québec, des candidats et candidates «enthousiastes, allumés et proches du monde». «On parle au monde, on n’a pas de député fantôme!», a-t-il lancé, en référence à la députée indépendante, élue néodémocrate, dans Verchères— Les Patriotes, Sana Hassainia.

L’enjeu majeur du pétrole

L’opposition au projet Énergie Est a fortement teinté les discours, tant celui du chef du parti que du candidat Denis Trudel.

«Le fleuve est devenu un enjeu majeur de la campagne, croit-il. C’est un symbole de notre patrie, de notre pays. […] Et notre équipe est différente. Contrairement aux autres, on s’assume: le pétrole ne coulera pas dans notre fleuve et sur nos terres! Nous avons tous ici la ferme conviction de ne pas laisser les membres du bloc canadien ignorer ce que nous souhaitons et défendons.»

M. Duceppe s’en est quant à lui pris au chef du NPD, Thomas Mulcair, rappelant que ce dernier ne s’est pas positionné contre le projet d’Énergie Est, mais s’est opposé aux projets Northern Gateway et Keystone XL. «Pourquoi est-il d’accord à une place, mais pas à l’autre? C’est simple, il ne veut pas perdre de votes dans l’Ouest. C’est la seule raison!»

Souveraineté et langue française

Denis Trudel voit en le Bloc québécois le seul parti fédéral pour défendre le «fait français» au Québec, rappelant qu’aucun député du NPD, du Parti libéral ou du Parti conservateur n’a donné son appui à la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, dans la «crise majeure» entourant les interventions bilingues au conseil municipal.

Le candidat est également d’avis que l’idée de la souveraineté du Québec demeure bien vivante sur la Rive-Sud de Montréal. «Taillon est une circonscription mythique: celle de René Lévesque, de Pauline Marois; de grandes idoles du mouvement indépendantistes québécois. Nous, on a des René Lévesque comme idole, d’autres ont des Margaret Thatcher.»

En entrevue a TC Media, Gilles Duceppe souligne que l’arrivée de Pierre-Karl Péladeau au Parti québécois a remis la souveraineté à l’avant-plan. «La meilleure preuve est l’intervention de M. Couillard, qui s’est attaqué fermement aux souverainistes. S’il fait ça, c’est parce qu’il voit quelque chose. C’est assez rare que des gens prennent la peine d’attaquer une cible s’ils pensent que ce n’est pas important.»

image