13 février 2017
Une tour inquiète à Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger
Chantier de construction de la nouvelle caserne de pompiers à Mont-Saint-Hilaire.

Chantier de construction de la nouvelle caserne de pompiers à Mont-Saint-Hilaire.

MONT-SAINT-HILAIRE. L’installation d’une tour de radiocommunication à côté de la caserne de pompiers, sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier à Mont-Saint-Hilaire, préoccupe des citoyens.

Bien que la construction d’une nouvelle caserne ait été annoncée il y a plusieurs années, des résidents viennent de prendre conscience de l’installation d’un pylône autoportant (monopôle) en lien avec le projet. Le point a été discuté le 6 février dernier lors d’une séance publique du conseil municipal.

Brigitte Boileau craint que cet équipement défigure le paysage. La présidente de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire, Johanne Blouin, s’inquiète aussi de son côté. «Nous l’apprenons ce soir. Il y  a une sensibilité sur ce projet. Je ne dis pas qu’on doit changer l’avis, mais il faut être bien informé et voir s’il n’y a pas d’autres alternatives.» Louis-Georges Cournoyer, un autre résident, se dit pour sa part toujours préoccupé quand il est question d’ondes radio en milieu urbain.

Cette nouvelle survient alors que dans la Ville voisine d’Otterburn Park plusieurs citoyens s’opposent à l’installation d’une tour de télécommunication de l’entreprise Telus.

Une obligation

Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, affirme que la municipalité était dans l’obligation d’avoir cet équipement. «Nous ne pouvons pas avoir une caserne sans tour de télécommunications. Je vois difficilement les autres options.»

De son côté, le directeur général Daniel Desroches indique que la tour doit absolument être près des salles de communications de la caserne. «Nous allons mettre en place un réseau de communication avec les autres casernes pour couvrir tout le territoire vu que nous sommes en mode multicasernes. Nous avions regardé la possibilité de s’équiper pour couvrir les deux côtés de la montagne, mais ce n’est pas possible.»

 

L’actuelle caserne de pompiers située  à l’hôtel de ville se sert de la tour Telus située derrière les terrains de tennis. On assure que le nouvel équipement sera plus petit que la tour existante.  

 

La Ville financera ce projet avec le fonds de roulement au lieu de passer par un règlement d’emprunt. Cette dernière façon de faire nécessite l’approbation du gouvernement, et la municipalité craignait que le conflit de travail des juristes puisse retarder la procédure.

«Le respect de l’échéancier dans ce dossier est vital afin de ne pas retarder le transfert des opérations à la nouvelle caserne», explique le porte-parole Pierre Tadros.

 

image