5 juillet 2019
50 $ de plus pour les immatriculations
Une taxe nécessaire pour améliorer le transport en commun, dit Yves Corriveau
Par: Denis Bélanger

Le train de banlieue de Mont-Saint-Hilaire. Photothèque | L’Œil Régional ©

Siégeant à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) à titre de représentant de la MRC de la Vallée-du-Richelieu, le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, tient à défendre la taxe supplémentaire sur l’immatriculation de 50 $ pour les automobilistes en banlieue.

Votée le 19 juin dernier lors d’une séance ordinaire de la CMM, la taxe servira à financer davantage le transport en commun et sera applicable à l’ensemble des 82 municipalités de la région métropolitaine au plus tard en 2021. Les habitants de Montréal payent déjà une taxe depuis 2011. Un seul maire a voté contre le projet, soit Jean Martel, de Boucherville.

« La société québécoise a décidé de se doter d’un service en transport en commun amélioré et il y a un coût à ça. Nous savons, par les études, que la facture aux villes qui est de 800 000 $ va grimper jusqu’à 1, 9 M$, souligne le maire Yves Corriveau. Il fallait trouver des moyens de financement. Un comité s’est penché là-dessus longuement et d’autres moyens ont été étudiés et rejetés, comme un péage pour entrer à Montréal. »

D’après les estimations de l’élu, la taxe permettra à la CMM d’aller chercher environ 600 000 $. « Si on ne passe pas par l’immatriculation, nos quotes-parts vont augmenter et on va devoir taxer davantage nos citoyens, soit une hausse d’au moins 2 %. Une famille qui a seulement une auto, car l’un des deux parents fait l’effort de prendre le transport en commun, serait pénalisée par rapport à un ménage ayant deux autos, car elle paierait un montant identique. »

Yves Corriveau est d’avis qu’un transport en commun amélioré bénéficiera à tous. « Un service amélioré comprend entre autres le REM (réseau express métropolitain). [L’organisme de transports] Exo envisage aussi de faire des déplacements en banlieue est-ouest. En améliorant le transport en commun, on réduit les voitures et le temps d’attentes sur les ponts. Les automobilistes qui ne prennent pas le train de banlieue vont ainsi en profiter également. ll faut penser à l’avenir et à nos petits-enfants. »

image