27 septembre 2017
Une saine administration
Par: L'Oeil Régional

Les élections nous interpellent à nouveau, un retour en arrière s’impose. En 2002, la dette municipale oscillait autour de 30 M$. Une fois la piscine construite, elle dépassera les 60 M$, elle aura plus que doublé en 15 ans. Durant les deux derniers mandats seulement, elle aura augmenté de plus de 10 M$.

Plus récemment, on nous a assurés que tout dépassement de coûts était impossible, dossier piscine. Les faits récents nous montrent un dépassement de coûts de l’ordre de 2,44 M$, soit un gaspillage d’au moins 9 M$, si l’on se réfère à Victoriaville qui a construit une piscine de 8 M$ pour ses 40 000 citoyens. Quand un journaliste écrit que le tiers des rues de Beloeil nécessitent de l’entretien ou sont à refaire, nos élus nous parlent de la capacité de payer des citoyens, mais n’en ont jamais parlé dans le cas de la piscine : deux poids, deux mesures.
Beloeil vit au-dessus de ses moyens et s’est engagé dans une spirale infernale. Pour garantir ses emprunts, il faut plus de payeurs de taxe. Elle dézone une terre agricole pour la vouer à la construction domiciliaire. Les revenus de la ville augmentent, elle se remet à dépenser plus qu’il ne faut jusqu’au jour où elle doit reprendre le même processus. Jusqu’où allons-nous devoir nous enliser avant de comprendre?Parallèlement à ces assauts répétés contre notre environnement, le climat social s’effrite. Nous avions une belle occasion de discuter sur un sujet crucial, mais ce qui devait être un débat de société s’est vite transformé en une séance de dénigrement et nous allons tous en payer les frais. Il est grandement temps de nous questionner sur nos orientations.
Beloeil doit se doter d’une saine administration où les élus sont au service des citoyens et les respectent. Pour y parvenir, il faut commencer par enrayer les déficits annuels, s’attaquer à la dette municipale en la faisant régresser et en se préoccupant de l’opinion des citoyens sans discrimination. Aux citoyens qui n’ont pas voté au référendum: êtes-vous conscients d’avoir laissé 21% des citoyens de Beloeil décider d’un gaspillage monumental? Nous sommes loin du 94% de la publicité des élus. Ce désintéressement va vous rejoindre, que vous le vouliez ou non. Si l’administration municipale poursuit sur cette lancée, l’avenir de Beloeil inquiète sérieusement.

Jean-Guy Boucher
Beloeil

image