24 janvier 2020
Une réplique de la moto de Capitaine America dans son salon
Par: Denis Bélanger

Gaétan Demers sur sa réplique de la moto vue dans un film de Capitaine America. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Gaétan Demers (à droite) vêtu en Indiana Jones sur une autre moto qu’il a métamorphosée. Photothèque | L’Œil Régional ©

Gaétan Demers a mis deux ans et il a investi plusieurs milliers de dollars pour métamorphoser une moto de 1999 en une réplique d’un modèle de Harley-Davidson utilisé par l’armée américaine durant la Deuxième Guerre mondiale. Les plus connaisseurs remarqueront qu’il s’agit du bolide chevauché par le super héros Capitaine America dans le film Capitaine America : Le Premier Vengeur.

Machiniste de formation et possédant de solides bases en soudure, Gaétan Demers en était à sa troisième restauration de moto. Le résident de Saint-Basile-le-Grand a d’abord fabriqué une DKW 1937 produite par Audi, puis il a retapé une réplique d’une moto allemande aperçue dans Indiana Jones et la Dernière Croisade. Il a entamé son dernier projet en 2017 et l’a complété en 2019. « À la suggestion d’un ami. J’ai monté cette moto dans mon salon. Je l’ai fait à temps perdu en écoutant mes vinyles et en sirotant un bon café », ajoute le Grandbasilois.

Pour la Harley-Davidson, M. Demers a d’abord déniché une Kawasaki Drifter 1999 à Waterloo. Le moteur était en bonne condition et le moteur ne crachait aucune fumée au démarrage. « Sur le plan esthétique, la moto était laide, mais je m’en foutais parce que je savais que j’allais la retaper. Il y a environ 30 % du véhicule que j’ai envoyé au recyclage. »

Le machiniste a fait de nombreuses recherches sur internet pour essayer d’acheter le moins cher possible et de respecter son budget. « J’ai magasiné les pièces à m’en écœurer; juste ça, ça m’a pris une année. Une personne qui n’est pas pressée sauve beaucoup d’argent. »

Il a dépensé au moins 5000 $ en pièces seulement, ce qui ne comprend pas la moto. Il a d’ailleurs vendu sa première moto restaurée pour pouvoir financer son nouveau projet. « Les pièces majeures à trouver étaient la fourche à ressort et tout l’équipement militaire qui s’y rattache. »

Il estime que sa réplique d’une Harley-Davidson 1944 est sa plus belle réussite jusqu’à maintenant. « J’ai appris de mes erreurs. Le projet n’a pas eu non plus de grosses surprises. J’ai pris un problème à la fois et trouvé une solution. L’électricité a aussi été refaite quasiment au complet. »

M. Demers aimerait louer son nouveau bébé à diverses conventions de superhéros du type Comicon. Il a déjà eu un kiosque dans le passé pour sa moto tirée de l’univers d’Indiana Jones. Pour l’instant, il n’a pas d’autres projets de restauration de moto en tête. Il entend plutôt mettre son esprit créatif à l’œuvre pour fabriquer des accessoires reliés à ses motos.

image