7 octobre 2016
Une relève pour le Château St-Antoine
Par: Denis Bélanger
Nicole et Yves Raymond, cèderont les rênes du Château à Bruno Méril et sa conjointe  Karine.

Nicole et Yves Raymond, cèderont les rênes du Château à Bruno Méril et sa conjointe Karine.

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Une relève pour le Château St-Antoine

Ayant passé près de 30 ans à organiser des mariages, les propriétaires du Château St-Antoine, Nicole et Yves Raymond, tirent leur révérence cet automne. Leur entreprise continuera d’opérer entre les mains de Bruno Méril, le nouveau propriétaire à compter du 1er novembre.

Le mot courrait depuis plusieurs mois à l’effet que le Château St-Antoine fermerait ses portes à la fin de l’année. Les Raymond refusaient d’ailleurs les réservations pour des mariages en vue de leur retraite. Yves Raymond ne s’attendait pas à voir une relève.

«Je pensais fermer la place et faire une vente aux enchères de certains équipements. Et nous pensions aussi habiter les lieux comme une résidence. Et puis s’est présenté ce monsieur. Mon rêve était que ça continue évidemment. Je suis très heureux de le revendre à un homme de cette qualité», rapporte M. Raymond, qui a organisé son dernier mariage au Château le 25 septembre.

Ce n’est qu’en septembre que Bruno Méril a approché les Raymond. «Un agent d’immeuble, qui est un ami à moi,  m’a dit que cet endroit était pour nous. Il avait un coup de cœur, comme nous. Tout s’est enchaîné à une vitesse folle», souligne l’entrepreneur de Chambly.  

À l’instar des Raymond, M. Méril est français d’origine et habite le Québec depuis plus de trois ans. Il a vécu plusieurs années au Luxembourg où il a été maître-sommelier et propriétaire d’un restaurant, le Chiggeri. En 2008, il a été homologué dans le livre des records Guinness pour la plus grande carte de vins au monde, soit 1746 bouteilles. Il a quitté l’Europe et vendu son restaurant, incluant sa cave à vin, pour relever de nouveaux défis.

Les mariages

M. Méril entend poursuivre le créneau du mariage au Château. «Je veux aussi ajouter du corporatif pour que ce soit moins saisonnier.» De leur côté, Yves et Nicole Raymond resteront encore un certain moment à Saint-Antoine-sur-Richelieu avant de regagner la France. Le couple avait acquis le Château en avril 1988. À l’époque, le bâtiment servait de résidence privée. 

La poursuite des activités du Château réjouit également le maire de la municipalité, Denis Campeau. Rappelons que Saint-Antoine-sur-Richelieu a vu plusieurs commerces fermer leurs portes au cours des dernières années. «C’est une bonne nouvelle. Il y a des réouvertures de commerce et là c’est la continuité. C’est un très bel endroit. Saint-Antoine trouve important de supporter ses commerçants. Il y aura d’ailleurs une borne de recharge pour les voitures électriques, poursuit-il. Nous perdons toutefois en les Raymond deux personnes sympathiques très impliquées, notamment au niveau du comité d’urbanisme.»

image