29 novembre 2019
Mont-Saint-Hilaire
Une politique de développement durable sur cinq ans
Par: Denis Bélanger

Émile Grenon Gilbert. Photothèque | L’Œil Régional ©

La consultation publique portant sur la politique de développement durable de la Ville de Mont-Saint-Hilaire a attiré environ une trentaine de citoyens le 19 novembre dernier. Les responsables du dossier doivent maintenant compiler les résultats des échanges et établir un échéancier pour la mise en œuvre des actions.

Animée par la Municipalité ainsi que par le Centre de la nature, la séance a permis aux citoyens de prendre connaissance de la politique développée en 2019 avec la collaboration des membres du Comité consultatif d’environnement et de développement durable. Par la suite, les gens présents ont participé à l’élaboration du plan d’action quinquennal et ainsi proposé des gestes à mettre de l’avant comme l’adoption d’une politique d’approvisionnement écoresponsable et une directive zéro plastique pour la tenue de divers événements.

« Il y a beaucoup de gens passionnés et intéressés. C’est intéressant de voir le degré de connaissance générale que les gens ont, souligne le conseiller municipal et membre du comité consultatif, Émile Grenon Gilbert. De plus, les jeunes s’attendent à ce que les élus priorisent la transition écologique. »

Axes
La politique de développement durable s’articulera autour de six grands axes : services et administration; qualité et milieu de vie; conservation; aménagement durable; mobilité durable; et vitalité économique.
« J’ai compris en six ans de politique que si tu veux faire avancer un gros navire comme la municipalité, il faut se donner un axe et des objectifs, souligne M. Grenon Gilbert. D’autres y vont par une gestion à la pièce. Quand c’est comme ça, c’est souvent mis de côté, parce que ça ne fait pas partie d’une politique ou parce que c’est trop cher ou que ce n’est pas important ou encore pour d’autres raisons. Avec une politique, on peut insérer l’objectif dans le pipeline et il arrivera à bon port dans cinq ans. »

Le plan d’action devrait être présenté au conseil pour adoption dans les premiers mois de 2020. Le conseil devra hiérarchiser les axes et les objectifs.

Le conseiller municipal accorde beaucoup d’importance à ce que la Municipalité se colle sur les objectifs de réduction de gaz à effet de serre au niveau provincial. « Ça doit être l’objectif le plus important. Il n’y a pas assez d’espace dans le ciel pour accueillir toute cette quantité de gaz polluant. Pour diminuer le tout, ça passe par l’électrification des transports et une multitude d’autres gestions. » Il se préoccupe aussi de la préservation des boisés urbains. « En Montérégie, il reste juste 20 % des boisés qui sont intacts et ça se réduit d’année en année, alors que ça devrait être 30 %.  »

La séance du 19 novembre était la deuxième consultation d’une série de trois sur les politiques en matières environnementales. La première sur la politique nourricière a eu lieu en octobre et la dernière concernera la gestion des milieux naturels.

image